Jordanie 2007
Titre de la news Date

Le pays des bédouins 04-10-2007
La Jordanie compte environ 5 millions d'habitants, dont la moitié sont des réfugiés palestiniens, ce qui créé parfois quelques tensions avec les jordaniens "de souche". Le pays s'enfle également depuis quelques temps de réfugiés irakiens. Il y a quelques dizaines de milliers de bédouins, dont 3000 sont restés nomades. Le désert couvre la moitié du pays, dont la population est essentiellement citadine. Malgré leur faible nombre les bédouins ont un poids politique important, le roi ne peut composer sans eux. Les jordaniens sont fiers de leur proximité avec le roi (éduqué en occident, marié à une palestienne, il faudra bien qu'il prenne une deuxième femme jordanienne, politique oblige). Après s'être inscrit sur un cahier de doléances, n'importe quel citoyen peut avoir une entrevue avec le roi en quelques jours. Il parait que celui-ci se déguise parfois en chauffeur de taxi et sort le soir sans gardes du corps, afin de "sentir" l'opinion du peuple.
La Jordanie est née après la seconde guerre mondiale et resta sous protectorat britannnique jusqu'en 1946 où elle devint Royaume Hachémite de Jordanie, mais son histoire est très ancienne. Jericho (aujourd'hui en Palestine) et Al-Beidha sont les sites des plus vieilles villes du monde découvertes à ce jour. On y a trouvé des statues de 9000 BC !
La fonte du cuivre découverte très tôt (4000 BC) leur a donné un grand avantage technologique. Située au milieu des grandes civilisations, la Jordanie a été régulièrement envahie par les egyptiens, assyriens, hittites, babyloniens, perses, seulécides, romains et les tribus nomades du désert d'Arabie.
Seule Petra, forteresse montagneuse au milieu du désert, garde une continuité historique et résiste vaillament aux envahisseurs. Petra prend de l'importance vers 2000 BC sous les edomites puis les nabatéens en prennent le contrôle vers 500 BC.

Amman 06-10-2007
Encore une ville aux 7 collines (aujourd'hui 20), Amman est une ville tentaculaire, moderne, où il n'y a pas grand chose à voir pour le touriste en dehors de sa citadelle. Il est difficile d'imaginer que c'était encore une petite ville bédouine dans les années 60.
Elle fut contrôlée par différentes dynasties locales, les ammonites, le roi David, les seulécides, les nabatéens, les romains, les sassanides, les omeyyades et déclina sous les abbassides. Un jour je ferais un lexique de tous ces noms barbares :-) Il y a dans l'histoire du moyent-orient de nombreuses tribus sémitiques (nomades du désert d'Arabie parlant des langues d'origines sémitiques par opposition à l'indo-européen) qui s'installent et forment des dynasties locales. Amman s'appelait Philadelphie lorsqu'elle faisait partie de la décapole seulécide et fut rebaptisée Amman sous les sassanides.



La citadelle comprend le musée archéologique, le palais des omeyyades (720 AD) et le temple romain d'Hercule (170 AD). Amman est célèbre également pour son théatre romain, en plein milieu de la ville moderne. Son nymphée (fontaine romaine) n'est pas mal non plus.

message de Eliane le 15-01-2008 à 11:14
  Une précision : dans le musée archéologique se trouve le fameux manuscrit de la Mer Morte.

message de xav le 16-01-2008 à 22:53
  C'est vrai, ce sont des rouleaux de cuivre etonnament bien conserves.


Madaba 08-10-2007
Petite ville connue pour ses mosaïques, dont celles de l'église St Georges datant de l'époque byzantine (VIeme s.) représentant une carte de la région avec Jerusalem en son centre. Tous les cars de touristes déboulent dans cette église aujourd'hui grecque-orthodoxe, mais je vous recommande fortement de visiter egalement le parc archéologique et ses sublimes mosaïques à 100 m. de là.


Mont Nebo 08-10-2007
Site présumé du tombeau de Moïse d'où il aperçut la terre promise, on y a une belle vue sur les vallées environnantes si vous avez la chance de ne pas avoir de brume de chaleur. Une petite église y fur érigée au IVeme s. pour commémorer la mort de Moïse et ce fut un lieu de pélerinage important à l'époque. L'église fut abandonnée au XVIeme s. et redécouverte en 1933 par des franscicains italiens grace aux carnets de voyages des pelerins du Veme s.


Kerak 08-10-2007
Grande forteresse croisée fondée par Baudoin Ier en 1140, qui ne tomba aux mains de Salaadin qu'après la chute de Jerusalem en 1187 (provoquant la 3eme croisade.


Petra 09-10-2007
Les mots me manquent pour décrire ce site unique au monde aux couleurs flamboyantes. 2 jours minimum sont nécessaires pour en visiter une partie notable, dont une journée en commençant la visite à l'ouverture car les bus de touristes arrivent dès 8h30 (le soleil arrive sur le Kazneh vers 9h).
Comme beaucoup d'autres dans la région, le site a été occupé par des chasseurs cueilleurs qui se sont sédentarisés vers 10 000 BC. Etrangement aucune trace de l'âge du bronze n'a été retrouvée. Les édomites, peuple sémitique, prennent possession du site du XIVème au VIIIème BC. La région tombe sous le contrôle des rois juifs après la conquête de David, et de nombreux édomites, semi-nomades y sont encore installés. Ils maintiennent la pression mais malgré le sac de Jérusalem par Nabuchodonosor en 587 BC, les invasions néo-babyloniennes et perses, ce sont les nabatéens, nomades de la péninsule arabique parlant l'araméen, qui tirent leur épingle du jeu à partir du VIème BC. Les nabatéens sont des nomades qui transportaient myrrhe et encens à travers le désert, une affaire très lucrative, et qui se sont installés à Petra, un site relativement inexpugnable, afin d'y entreposer leurs richesses. Bien située près des voies commerciales, la ville devient vite l'objet de la convoitise des royaumes voisins.
Farouches guerriers et fins politiciens, ils résistent aux seulécides puis aux romains. Egalement excellent commerçants, ils contrôlèrent les voies caravanières de la région et amassèrent des richesses considérables. Son histoire a beaucoup de points communs avec Palmyre, mais Petra est unique par la géologie du lieu et l'art des nabatéens.



Etre seul dans le Siq est un sentiment incomparable (a moins de vouloir faire la couverture de Voici :-), Esmeralda en était toute flagada.



Le Siq est un etroit passage qui debouche sur le tresor (Kazneh), monument marquant l'entree de la ville, de loin le plus emblematique de Petra et dont les couleurs remarquables changent tout au long de la journee.




Apres le theatre on arrive dans le "centre ville", une voie emaillee de temples, eglises et marches, la seule partie construite et non taillee dans la roche.




Les tombes royales font face a la voie principale, non loin du theatre, a l'entree du site.



Il existe une deuxieme entree, juste avant le Siq, qui permet d'arriver pres de la tombe de Sextius Florentinus. C'est un beau wadi (lit de riviere), mais le passage est un peu perilleux (parfois limite escalade). Un bedouin vous attend a la sortie pour vous offrir du the (rien n'est gratuit a Petra). Un sentier pres des tombes royales permet d'avoir un vue d'ensemble du site et un peu plus loin un point de vue imprenable sur le Kazneh.




Situe tout au fond du site (longue montee a faire de preference en milieu d'apres-midi), l'immense "monastere" a une architecture tres proche du Kazneh et repond a celui-ci, le couple marquant les limites est et ouest de la ville. Il y a une bonne heure de marche entre les deux monuments.




Detail d'un tombeau en construction (la taille commence par le haut). Petra, c'est aussi des paysages et des couleurs magnifiques. Le site est si grand qu'il existe de nombreux endroits ou s'isoler, meme planter le hamac pour la sieste ! Officiellement il n'est pas possible de passer la nuit sur le site, mais vous pouvez essayer de vous rencarder avec les bedouins.



Petra, capitale du royaume des nabatéens sédentarisés, résista de longs siècles aux romains. Le royaume connu son apogé sous Aretas IV (0 AD), il s'étendait de Bosra et le Hauran au nord à Hégra au sud, et contrôlait le commerce entre l'Arabie, l'Egypte et Damas. Les romains découvrirent une autre voie commerciale par la mer rouge, les marchandises passant par Alexandrie. Rome et Petra devinrent alliées ; celle-ci amorça un lent déclin commercial à partir de 40 AD. En 106 Trajan intègre la Nabatène à la décapole romaine. Petra se situe sur la nouvelle voie Bosra - mer rouge, et comme le reste de la région connait un léger regain d'activité sous les Sévères. C'est devenu une petite ville à l'époque byzantine, et n'intéresse pas vraiment les omeyyades.
message de Eliane le 15-01-2008 à 11:21
  Un caravansérail naturel appelé "le petit Petra" se trouve à Beda, dans une autre vallée peu éloignée à vol d'oiseau. C'est un site remarquable, beaucoup moins fréquenté que Petra, où les caravaniers passaient la nuit à l'abri dans un "biclinium" ou un "triclinium" qui étaient les auberges de l'époque.


Qasr Amra 14-10-2007
Petite résidence ommeyyade construite vers 710 AD au milieu du désert, ce fut un lieu de repos et de détente pour les califes loin de l'austérité religieuse des grandes villes de l'époque. Il ne reste que le hamman et ses fresques fantastiques, composées de nombreuses représentation humaines, ce qui est quasiment unique dans l'art islamique. Au premier abord naives, ces peintures sont d'un style extrêmement moderne.


Qasr Al-Azraq 14-10-2007
Grand château en basalte noir dont la forme actuelle date du XIIIeme s. sous les ayyoubides de Damas, surout connu pour avoir abrité Lawrence d'Arabie pendant l'hiver 1918.


Qasr Kharana 14-10-2007
Petit château carré fort sympathique au mileu de rien, qui ressemble plutôt à un caravanserail ou une salle des fêtes fortifié.


Jerash 15-11-2007
A 50 km au nord d'Amman, Jerash est une sublime citée romaine, à l'urbanisme très dense. Citée grecque, elle faisait partie de la décapole seulécide, tomba aux mains des juifs puis des nabatéens. Conquise par Pompée en 63 BC, elle connut son age d'or sous la province romaine d'Arabie de Trajan. Pillée par les sassanides (perses) en 614 AD puis les arabes en 635, les nombreux tremblements de terre qui secouèrent la région vers 700 finirent de l'achever. Elle ne fut redécouverte qu'en 1925.



La porte d'Adrien, marquant l'entree du site. De la vraie dentelle de pierre !



Voila a quoi ressemble un nymphee romain (fontaine, il manque le dome). Entree du temple d'Athena.



De l'eglise (il y en a beaucoup a Jerash) on peut voir que seule la moitie de la ville romaine a ete mise a jour, l'autre moitie etant sous la ville moderne.



Vue des 2 theatres du site.
message de chantal le 05-03-2008 à 20:51
  Jerash fut la grande surprise lors de notre voyage en jordanie. Incontournable