Ete 08 2008
Titre de la news Date

Un Sivas l'ete 22-06-2008
Desole pour le jeu de mots pourri, j'aime ça ^^
Il fait frisquet a Sivas, le soir je sors ma polaire. C'est une petite ville qui a son charme, avec de nombreux monuments seldjoukides, pas grand chose d'autre a dire.
Voila c'est l'ete et je me prepare a visiter l'Iran, un des pays les plus chauds du monde, faut-y pas etre bete...

Divriği 24-06-2008
Sivas est une bonne base pour visiter Divriği, une mosquee-hopital datant du XIIIeme siecle, classee au patrimoine de l'humanite par l'Unesco. C'est dans un coin bien paume de la Turquie, il faut vraiment etre motive pour cette visite.
Je l'etais et me suis leve a 7h ce matin-la. En cherchant un dolmuş pour la gare routiere, je tombe sur Remzin, un chauffeur de bus qui parle un peu français et me demande de monter avec lui. Je comprends bien que son bus ne va pas a la gare, mais je fais la tournee a ses cotes. C'est un maçon qui a travaille 8 ans en France, essentiellement dans le Luberon, avant de se faire expulser. C'est un bon exemple de clandestin sans titre de sejour mais avec contrats de travail. Il m'en raconte de belles. Lorsque je lui dis que j'ai tout plaque en France parceque je travaillais trop, il me demande si je bossais le week end...
Sa tournee finie, il doit en enchainer une autre mais il confie cette tache a un ami et nous allons a l'otogar. Evidemment, j'ai rate le bus de 9h et le suivant est a midi. Dernier retour a 17h, ça va etre serre. Nous passons le temps dans un petit salon de the de l'otogar, repaire des chauffeur de bus. Je suis un peu l'attraction de la journee, mais ce role ne me deplait pas. Remzin repart faire ses tournees, il reviendra me chercher le soir a l'otogar pour me raccompagner au centre-ville.
Au total 6h de bus pour une heure de visite, vous y croyez ? Sur la route nous passons par Rangal, la ville originaire des fameux chiens de berger turcs, qui font passer les bergers allemands pour des fiotes. La mosquee n'etant ouverte que le vendredi, la visite fut rapide. Cette mosquee est connue pour ses portes en dentelle de pierre. Les motifs et le style sont tres originaux. Je ne sais pas si cela valait le coup, je prefere ne pas me poser la question.

Malatya 25-06-2008
En quittant Sivas je croise par hasard Remzin au salon de the, nous passons un bon moment avec les chauffeurs de bus. Aucun ne veut croire que je n'ai pas d'ancetre turc (je suis bien bronze c'est sur). J'etais un peu une tete de turc au college (petit et premier de la classe), mais ce n'est pas une raison suffisante. Il est vrai que je ne sais pas ou je vais, et en physique cela equivaut a je ne sais pas d'ou je viens. Apres 4h dans un bus tres inconfortable, me voila a Malatya, la capitale de l'abricot (en plus on est en pleine recolte). Le paysage alentours est lunaire, Malatya est une oasis dans une plaine enclavee par des montagnes completement nues. La chaleur est etouffante.
J'aime beaucoup cette ville, qui s'organise autour d'un grand bazar aux contours flous, peut-etre parceque je commence a y sentir une -legere- odeur d'orient. Le pain (pide assez epais et pre-decoupe) est vraiment delicieux ici, je crois que je pourrais renoncer a une vraie baguette pour lui. J'y decouvre egalement le yoğurtlu kebap, une fabuleuse alternative a l'iskender pour ceux qui ne sont pas forcement fans de sauce tomate.

Ce soir pendant le match de foot les rues etaient desertes et silencieuses. Apres le match aussi hihihi. C'est dommage l'equipe turque a vraiment domine la partie.

Aslantepe 26-06-2008
Circulez y'a rien a voir. Il y avait un tres ancien palace (3000 BC) puis l'endroit a ete habite par les neo-hittites. Le site est encore fouille donc la visite se fait avec le gardien, de toutes façons presque tout est couvert et ferme. Etant le seul visiteur de la journee (semaine ?), il m'offre le the, et me fait visiter son potager vu mon interet pour la chose. Il est bien ici avec sa famille, tomates, piments, courgettes, abricots, mures, pommes, fraises et autres legumes que je n'ai pas pu identifier.
Il etait sympa mais il m'a quand meme rackette sur la fin. Je lui achete le petit guide du site pour 5 TL et il voit que j'ai un billet de 10, alors il me dit que l'entree du site est de 5 TL, donc ça fait 10 en tout. En Turquie si vous payez l'entree vous avez forcement un billet. Du coup j'hesite a lui prendre le guide pour le punir de sa cupidite, mais au diable l'avarice !
Vous aurez peut-etre remarque que cela fait longtemps que je n'ai pas rale sur les prix et les arnaques (excepte Sultanahmet c'est un cas a part). Pourtant la vie en Turquie est assez chere, l'essence est a plus de 1,70 euros le litre, un levi's 501 made in Turquey a 80 euros... Quant au textile chinois, il est a un prix chinois (il n'y a que'en France ou l'on est pret a payer du made in China a un prix français). Il y a vraiement 2 societes qui se cotoient : un style de vie europeen (avec des couts europeens) et ceux qui ne manipulent que quelques liras par jour. Mais au moins ici, quand c'est cher, c'est cher pour tout le monde, pas seulement les gogos de touristes etrangers ! Donc je ne trouve rien a y redire...

Le docteur Andre Gernez, un genie meconnu 27-06-2008
Oups, je viens de m'apercevoir que j'ai oublie un paquet d'anniversaires ces derniers temps. Bon anniversaire a Gregoire, Olivier, Herve, Laurent, Bruno, Esmeralda ! Et bonne fete maman ! Mais bon, vous me connaissez, je n'ai jamais ete tres performant pour me rappeler de ce genre d'evenements, j'ai une conception du temps plutot diffuse. En ce moment je compte plutot le nombre de jours qu'il me reste avant de devoir quitter la Turquie, et ce visa iranien qui n'arrive toujours pas. J'ai egalement une pensee pour Marcel, feu mon parrain.

J'espere que vous vous etes remis du choc de Zeitgeist, car j'ai une nouvelle video a vous proposer. Il s'agit d'une interview du Dr Gernez, un praticien qui a une vision de la medecine extremement simple et revolutionnaire. Il a fait de grandes decouvertes dans les annees 60 qui n'ont jamais ete connues du grand public. D'un age tres avance, il a conserve une etonnante vivacite d'esprit et un solide sens de l'humour. J'aime beaucoup ce genre de personnage, ce sont pour moi de veritables fontaines de jouvence. Je vous recommande donc cette video en 6 parties, les mamans (et futures) seront tres interessees.
La plupart des medecins occidentaux sont des prescripteurs de pillules, ils sont formes pour cela. Gernez propose une medecine de prevention (un peu comme la medecine chinoise, c'est en fait de la medecine tout court), des solutions simples contre les allergies, le cancer et autres maladie degeneratives ; le pire est que cela a l'air d'etre d'une efficacite redoutable. Pourquoi n'en savons-nous rien ? Et bien parceque c'est tellement simple que cela ne rapporte rien a personne, mais Gernez se garde bien de polemiquer a ce sujet, ce que je vais faire de suite.

Les brevets etaient un formidable moyen de proteger une invention, mais l'enfer etant pave de bonnes intentions, je pense que le bilan de ce systeme a l'echelle de la societe est plutot negatif. Les brevets sont aujourd'hui un frein a la creativite et l'invention. Comment est-ce possible ?
  • Premier cas, vous avez des moyens financiers enormes et vous brevetez tout ce qui bouge dans votre domaine. Non pas parceque vous voulez developper quelquechose dans ce domaine mais si la concurrence le fait, vous avez deja le brevet hehe. C'est une methode tres en vogue dans l'informatique et la chimie.
  • Deuxieme cas, vous vous apercevez que quelquechose de non-brevetable a le meme effet qu'un produit brevete que vous vendez et qui est votre poule aux oeufs d'or. Vous devez empecher que l'information diffuse, par tous les moyens, et vous commencez a vous approcher dangereusement du cote obscur de la Force. Par exemple l'ethanol a le meme effet que le tetramethyle de plomb dans l'essence (diminution du phenome de cognement) mais n'importe qui pouvait mettre de l'alcool dans son essence. Voila on s'est farci de l'essence au plomb pendant des decennies. La teneur en plomb dans le sang des habitants de certaines grandes villes americaines est de 600 fois superieure a la normale.
  • Troisieme cas, vous vous apercevez que votre produit brevete est reellement ou potentiellement dangereux pour la sante. Motus et bouche cousue, vous ramassez un maximum de cash avant un scandale ineluctable et vous cherchez une alternative, brevetable bien sur. Vos financiers calculent que vous avez plus a gagner qu'a perdre. Il faut vous battre sur tous les fronts pour empecher que des laboratoires fassent des recherches a ce sujet, discrediter des gens, freiner la diffusion de l'information. La vous avez vraiment les deux pieds du cote obscur. Par exemple le cas de l'amiante. Ou encore l'aspartame, qui a 72 effets secondaires repertories, de benins a mortels. Oups, desole, ça on ne le "sait" pas encore.
On ne peut breveter que ce qui n'a jamais ete rendu public. Si vous depensez des millions de dollars pour developper une molecule puis l'autoriser a la vente et que quelqu'un decouvre que la pulpe d'abricot est tout aussi efficace, que faites-vous ? La derniere solution en date, le summum d'un cynisme dont j'admire l'elegance, est de demander que les produits naturels suivent le meme processus d'autorisation de mise sur le marche qu'une nouvelle molecule synthetique. Qui va payer des millions pour pour pouvoir vendre un produit (par exemple la puree d'ortie) que tout le monde peut fabriquer ? Personne. C'est ce que les americains appellent un "catch 22", traduction on l'a dans le baba, aucun moyen de s'en sortir. Je ne sais pas ou l'on en est a ce sujet en France.
message de oly le 27-06-2008 à 19:15
  merci d'avoir penser à mon anniv'^^ c'est dommage que tu ai oublié tes neveux et ta niece, tu n'as pas encore l'habitude certainement^^

message de Djinn le 29-06-2008 à 22:23
  Le purin d'ortie est vendu plutôt cher je trouve, presque autant qu'un produit phytosanitaire "chimique" (pas moins de 15 euros les 2 litres, et encore là c'est vraiment pas cher !)... Ici, j'ai fait le mien, à tester dans les jours à venir d'ailleurs, les pucerons sont de sortie !

message de xav le 02-07-2008 à 20:16
  Wow, c'est plus cher que du jus d'ananas, cultive a des milliers de km, quel foutage de gueule.

message de Djinn le 03-07-2008 à 11:50
  en route pour l'Iran ou pas encore ?

message de xav le 04-07-2008 à 19:10
  L'Iran c'est pour bientot. Oui desole pour eux Oly, je pense qu'a leur age ils vont s'en remettre (et puis il vaut mieux qu'ils s'habituent tot ;-) Donc bon anniversaire a Maxime, Alexandre et Alyssia.

message de Djinn le 04-07-2008 à 23:32
  Pas peu fière de cette première expérience de "création" de purin d'ortie (j'en ai ch** pour le faire), je peux vous dire en plus que c'est redoutablement efficace ! L'odeur aussi si vous voulez paralyser quelqu'un quelques secondes, et avant tout faire migrer les pucerons dans un autre monde...


Le mont Nemrut 28-06-2008
Leve 4h du matin pour prendre l'unique bus de Malatya a Kahta. Puis pour attendre 1h a l'otogar. Cet enfoire de vendeur de billet s'etait pris une marge de securite et a ecrit 5h sur mon ticket pour un bus a 6h. Bref, longue route vers Kahta, petite ville kurde qui cuit au soleil. C'est la premiere fois depuis que je suis en Turquie que des enfants me demandent du para, des sous, en insistant. En Turquie les gens font tres rarement la manche directement, ils vendent des paquets de kleenex, des cigarettes ou bien une pesee sur une petite balance.
De Kahta, quelques dolmuş par jour montent a Karadut, le dernier village avant le mont Nemrut. J'attends 2h a l'epicerie qui fait office d'arret. Je vais au dernier hotel du village, juste avant l'entre du parc naturel. L'epicier qui parle quelques mots d'anglais negocie pour le chauffeur. 5 TL pour aller au village (25 km) puis 10 TL pour monter a l'hotel (6 km) car vous comprenez, il ne montera que pour moi. Je sens qu'il me prend un peu pour une bille. Avec mon barda je n'ai pas trop le choix, et finalement j'ai l'extra pour 5 TL.
Le dolmuş pour Karadut, c'est tout un roman. En fait ce n'est pas vraiment un village mais 200 maisons eparpillees dans la vallee. Il n'y a meme pas un boulanger. Le dolmuş assure le transport de personnes mais aussi toute la logistique, il est rempli de sacs de legumes, pain, petit electromenager etc... Et il emmene les gens chez eux le long de petits chemins. Bref apres 30 km et 2 heures de route j'arrive a l'hotel.
Il y a 2 temples au mont Nemrut, qui culmine a 2000 m, un vers l'est pour le lever et un vers l'ouest pour le coucher. C'est un des sites les plus connus de Turquie, avec ces enormes tetes posees a terre. Ce ne sont pas des sculptures d'une extreme finesse, c'est le moins que l'on puisse dire, mais le site est impressionnant. Il y a 7 km de l'entre du parc au sommet. Ce soir je ne compte pas marcher et je suis rapidement pris en stop. J'ai de la chance c'est le festival du mont, il y a un petit groupe qui joue et quelques jeunes en costumes traditionnels qui dansent, entoures d'une nuee de photographes amateurs. L'ambiance est plaisante, et tout ce beau monde redescend apres avoir applaudi le coucher du soleil. Au retour je suis pris en stop par un dolmuş de jeunes kurdes fort sympathiques.

Uzun gün 29-06-2008
Que fait-on apres le coucher ? Le lever !
A 3h du matin pour commencer une longue ascension nocturne. Il fait frais, une lune venitienne eclaire mes pas, je decide donc de ne pas faire de stop. Marcher de nuit est tres agreable. Cela me rappelle le Paris-Mantes avec Marcel, sans le vent glacial de fevrier en France et sans les 30 000 competiteurs. Je suis juste depasse par un cortege de voitures et dolmuş a 4h du matin.
J'arrive au sommet vers 5h mais je m'arrete d'abord a une echoppe endormie histoire de boire quelques thes et fumer une cigarette. Il faut compter 2h de marche entre l'entre du parc et le sommet, 1h30 a une bonne cadence et en prenant un ou deux racourcis.
J'ai rate le lever de toutes façons, et puis j'en ai vu d'autres. Je monte ensuite les dernieres marches et je croise tout le monde qui redescend, uniquement des turcs. Il y avait plus d'une centaine de personnes, je suis impressionne, c'est peut-etre une habitude du dimanche matin ici. Je vois bien au regard moqueur de certains que j'arrive apres la bataille (comme d'habitude diront les mauvaises langues) mais la recompense m'attend a l'arrivee : j'ai le site pour moi tout seul ! Conditions de lumiere parfaites, un heure apres l'aube, Joe-la-mitraille peut s'en donner a coeur joie.

Le Nemrut, ça decoiffe !
La journee est loin d'etre finie, je projette d'aller dans une autre vallee le long d'un parcours de 20 km. La temperature est encore acceptable a 8h du matin. En route je hele des campeurs en train de petit-dejeuner. Je les croient français car ils ont des tentes lafuma, et je suis etonne qu'ils aient reussi a negocier le camping dans un parc naturel. En fait ce sont des kurdes de Diyarbakır qui sont en relation avec une association française d'enfants handicapes. Ils m'invitent a partager leur repas et j'apprends quelques mots kurdes. Ils sont vraiement tres sympas mais je prends conge au bout d'une heure car la temperature monte rapidement.
S'ensuit une longue marche dans une valle magnifique, pleine d'oiseaux, de papillons et bien sur la tortue qui me suit de puis le debut du voyage. Ces maisons posees a flanc de colline, entoures de petits champs de ble en terrasse, recolte a la faucille, me rappelle les villages mao dans les environs de Guillin, en Chine. Certaines maisons sont tellement isolees que je me demande si les enfants vont a l'ecole. En tout cas on m'explique qu'elles sont totalement coupees du monde sous la neige hivernale, et les familles doivent faire leurs provisions pour plusieurs mois !
Vers 11h il commence vraiment a faire chaud et un jeune couple d'avocats d'Urfa se propose de me prendre en stop. Je commence par refuser mais je me laisse rapidement convaincre, et nous faisons la tournee des grand-ducs ensemble. Ils me deposent a Kahta. Nous sommes dimanche et seul un dolmuş monte a Karadut a 16h. Et bien il etait bien rempli celui-la, je vous laisse imaginer. Personne ne paie le dolmuş ; en fait tout le monde se connait et les familles de Karadut n'ont pas de voiture mais un dolmuş avec une galerie (un minibus, genre Ford transit pour ceux qui ont rate les premiers episodes). Je pense que chacun assure quelques rotations par semaine et les familles se rendent service ainsi, sans argent. De nouveau nous faisons la longue tournee des popottes, le chauffeur fait un petit break chez lui, nous recuperons de delicieux abricots puis nous allons vers mon hotel. Evidemment, maintenant que je sais comment cela se passe, je ne discute pas le prix et ne paie que 5 TL. Apres cette longue journee (uzun gün) et une bonne douche a l'eau de source (putaiiiiin c'est pas froid c'est glacial) je vais me coucher comme les poules a 22h.

Bref, vous l'aurez compris, le Nemrut sans moyen de locomotion, ce n'est pas une sinecure. Mais ce n'est pas impossible, car les gens vous prennent volontier en stop. Et puis en voiture ou en tour organise, je n'aurais rien vu de Karadut. Tout depend du temps a votre disposition.
message de Djinn le 04-07-2008 à 23:23
  coucou, c'est sympa de te revoir !

message de maman le 10-07-2008 à 17:39
  je suis bien contente de te voir, et je m'apercois que tu es rase, enfin presque. C'est bien il faut toujours faire bonne impression. Bon ici en normandie, il pleut, il pleut il pleut, y en a marre, bisous fiston

message de cleo le 13-07-2008 à 17:40
  c'est super de te voir enfin dans ton voyage, pas mal le vent....tu comptes demander la nationalite turque a force d'y rester??? bises, cleo


Diyarbakır 30-06-2008
Une grande ville sympathique, dont le centre est ceint d'une impressionnante muraille romaine en basalte, longue de 6 km, parait-il la deuxieme plus grande du monde apres la muraille de Chine. Je me rappellerais surtout du kaburgacı selim amca, une piece d'agneau farci de riz aux herbes. C'est aussi bon que le mensaf des bedouins en Syrie.
Depuis quelques jours je ne rencontre que des kurdes. Sur les 70 millions de turcs, ils sont 12 millions selon la prefecture, 20 millions selon les organisateurs (certains disent meme 40), essentiellement repartis dans le sud-est du pays. Cela les amuse beaucoup qu'un occidental parle quelques mots de leur langue, sans doute parcequ'ils ont du lutter pour qu'elle survive. La langue kurde est autorisee en Turquie depuis 10 ans seulement, grace au PKK et la pression internationale. Les kurdes sont fans de Daniele Miterrand, dont j'avais presque oublie l'existence, et ils parlent souvent quelques mots de français.

Mardin 02-07-2008
"Mardin est une pure merveille qui doit absolument figurer sur votre itineraire". Mouais, si vous trainez dans le coin, peut-etre. J'avoue que, ayant rencontre des norvegiens dans le minibus (ainsi qu'un des campeurs du Nemrut), nous avons passe une partie de la journee ensemble et je n'ai pas vu grand chose de la ville. C'est une vieille citee a flanc de colline avec des rues en escalier qui m'ont fait penser au Mont Saint Michel. Le vieux bazar est charmant. Un originaire de Mardin m'expliquera plus tard qu'il faut y passer 2-3 jours pour l'apprecier pleinement. Je crois qu'il a raison.

Van 04-07-2008
Je quitte Diyarbakır (37C) pour Van (25C), la difference de temperature est appreciable. La route de Batman (pas de trace de Robin) a Van est magnifique.
Je renoue enfin avec le couchsurfing, m'etant pris quelques vents depuis Ankara. Les etudiants quittent leur appartement et vont chez leurs parents, les gens partent en vacances ou demenagent. Il faut trouver une bonne accroche, que les gens aient envie de vous rencontrer (je ne suis pas une fille :-). Et puis cela demande un minimum d'organisation, il faut penser quelques jours en avance et acheter une carte gsm.

Le chateau de Van.
Mais l'alternance, ne rencontrer personne pendant un jour ou deux, ce n'est pas si mal. Je vous recommande plutot Couchsurfing que Hospitality Club, il est plus ergonomique, les gens y sont plus actifs et surtout ils vous repondent. Lorsque vous etes hote vous pouvez definir plusieurs niveaux de disponibilite de votre canape (oui, peut-etre, non, juste pour un verre), bref vous inscrire ne vous engage pas a recevoir tous les beatnicks de la terre ! C'est surtout un site de rencontres (pas ce a quoi vous pensez bande de depraves), j'ai croise quelques couchsurfers simplement pour un diner ou quelques thes.
message de oly le 06-07-2008 à 15:15
  oui, comme tu le dit, ils s'en remettront^^ merci pour ta carte postale, elle a rejoint les autres dans l'entrée bonne continuation


Akdamar (Sainte Croix) 05-07-2008
C'est une petite ile sur le lac de Van, a 15 min en bateau, avec une magnifique eglise armenienne du Xeme siecle. Les bas-reliefs exterieurs sont sublimes, dans un style moyen-ageux tres proche de ce que l'on peut voir France (je me suis senti projette a l'epoque de Guillaume le Conquerant). Il y avait egalement un monastere et un palais dont il ne reste rien. Les turcs y vont le week-end pour y pique-niquer et se baigner, je vous recommande d'en faire autant! L'eau du lac de Van est legerement salee et tres minerale, car celui-ci s'est forme par un eboulement du mont Nemrut (deuxieme du nom) et l'eau s'evacue par evaporation. J'ai mange un doner au poisson du lac, mais j'ai un peu de mal a y croire.
Les armeniens ont voulu remettre une croix au somment de l'eglise mais se sont faits gentiment remercies par le gouvernement turc. Comme Sainte Sophie, c'est un musee et non une eglise.
Cette ile s'appelle Ahtamara en kurde. Tamara etait une jeune femme vivant sur l'ile et amoureuse d'un berger. Celui-ci la rejoignait la nuit a la nage, guide par une lanterne. Lorsque les moines decouvrirent cette affaire, ils enfermerent Tamara et prirent la lanterne, en la deplaçant continuellement sur l'ile. Le berger nageant tres longtemps, suivant ce repere mouvant, fini par se retrouver sans force. Et il cria "Ah ! Tamara !" avant de se noyer. C'est mignon, n'est-ce pas ?


Çavuştepe & Hoşap Kalesi 06-07-2008
Pour se rendre a Hoşap, il faut prendre un dolmuş pour Başkale. J'ai essaye hier sans succes. J'ai vu partir sous mes yeux le dolmuş de 9h, puis celui de 10h n'ayant que 3 clients, il n'est pas parti. Ce matin je suis pret pour celui de 9h, mais c'est dimanche. Pas de dolmuş, et personne qui l'attende. J'opte donc pour le stop. J'aurais attendu deux fois 5 min et une fois 1 heure, c'est dans la moyenne.
Hoşap Kalesi est un superbe chateau-fort du XVIIeme siecle, aux contours inquietants, on pourrait s'attendre a ce qu'un dragon y reside. Çavuştepe est un site ourarteen du VIIeme BC assez sympathique. Les citernes d'eau du palace, creusees dans la roche massive, sont impressionantes. Enfin, c'est assez tardif, de l'age du fer, pas de quoi tomber en pamoison.

J'ai bu quelques thes avec Mehmet Kuşma, une mini-celebrite du coin, tres energique, a la revue de presse bien fournie. Il a participe aux fouilles de Çavuştepe pendant 20 ans et a appris le cuneiforme ourarteen. Il vous accueillera certainement et vous fera visiter le site car il y passe ses journees.

Erzurum 08-07-2008
Cinq controles de jendarmas entre Van et Erzurum, dont deux espaces de 300m... On me prend souvent pour un turc, mais je dois avouer que la ressemblance avec les kurdes est frappante. Ici tout le monde veut m'affubler d'un grand-pere turc. Cela m'est parfois tres utile pour eviter certaines petites arnaques. Mais lorsque je dis a un jendarma qui me ressemble comme un frere que je suis français, il a parfois du mal a me croire et se demande ce que je fais dans cette region exempte de touristes. Je vous conseille Van et la region, c'est tres beau et il n'y a aucun risque pour les touristes depuis deja quelques annees.

Çifte minareli medresi (minarets doubles dont il ne reste que la base)
Je n'aime pas trop cette ville. J'y ai rencontre des gens bizarres. J'ai loge chez un professeur de l'universite d'Erzurum (pas mal leurs logements de fonction sur le campus) qui, bien que tres gentil, a l'empathie d'un verre d'eau. Je me suis tres bien entendu avec sa maman. Nous avions un peu de mal a communiquer avec mon turc balbutiant mais nous nous comprenions du regard. A plus de 60 ans, elle a le visage lisse et detendu, rayonnant, qui me rappelle ces visages de Mar Mousa.
Puis j'ai atterri dans une confrerie religieuse qui promet la vie eternelle et qui m'a accueilli avec grand plaisir. Ils m'ont offert leur aide et soutien partout dans le monde, c'est sympa non ?

Allah Akbar 10-07-2008
J'ai enfin mon visa iranien ! Voila un mois que ça traine, depuis Ankara. Je n'ai jamais ete aussi content d'avoir un visa. Je n'ai jamais paye aussi cher non plus (60 euros). Je suis passe par un facilitateur (genre action visa iranien 40 euros) et bien je peux vous dire que ça m'a vaccine. Plus jamais, maintenant je ferais mes demandes en direct, ça prend autant de temps et c'est moins cher.
Je suis content de quitter Erzurum, cette ville peuplee de gens etranges.

Kars 11-07-2008

Je suis surpris par la modernite de cette ville, vu sa petite taille et son isolement. Peut-etre une influence russe, au risque de dire des betises. Kars est celebre pour son miel, qui est vraiment excellent (on est a 1700 m d'altitude), et son fromage qui ressemble a de l'emmental.
La specialite du coin est l'ali nazik, une puree de tomates et d'aubergines assez epicee avec de l'emince de boeuf/mouton, sur un lit de yaourt. A consommer avec beaucoup de pide, c'est tres bon.

La silhouette du pere de la Republique, que l'on peut voir un peu partout en Turquie.

Ani 12-07-2008
"Ce site monumental, a la frontiere armenienne, perdu dans la steppe, degage une puissance presque mystique, dont il serait dommage de ne pas s'impregner". Ouais, ben je n'ai pas ete impregne.
Peut-etre parceque nous n'avions que 2h30 de visite, ou que j'ai pas mal discute avec un quebecois. Ce site merite une visite bien sur, mais n'allez pas dans l'est de la Turquie juste pour cela. C'est une ville fantome dont il ne reste que quelques eglises-mosquees. On reconnait le style armenien de l'an mil mais je ne puis m'empecher de penser a la beaute de l'eglise d'Akdamar, a Van.

L'herbe est toujours plus verte chez le voisin...

Je m'aperçois qu'il y a quand meme quelques touristes a Kars car nous sommes 7 dans le minibus qui nous emmene vers Ani. Dont un jeune couple de parisiens bien sympa qui font l'analogie avec les villes mortes aux environs d'Alep. Je n'avais pas fait le rapprochement, ils ont raison. Seuls 3 siecles separent les villes mortes romaines et Ani, 3 siecles seulement et 2 civilisations tellement differentes. Ce site m'a plutot fait penser a Doura-Europos ou Resafe, en Syrie egalement, qui m'ont un peu plus touche.
Je dois admettre que la presence d'un fleuve, materialisant la frontiere fermee entre la Turquie et l'Armenie, creusant un profond sillon dans la steppe desolee, ajoute un petit plus au site. Pendant plus d'une heure, un chant melancolique s'elevait d'un petit groupe de personnes plante sur une colline, cote armenien, a 800 m de la. Cette voix feminine, porte par le vent au-dela de ce fleuve infranchissable, fut pour moi le signe de me rendre en Armenie, rencontrer ces gens capables de tels gestes gratuits et symboliques. Un autre fois, bien sur.
Il y a egalement, cote armenien, une grosse mine a ciel ouvert, tres proche d'Ani. Meme si c'est une vengeance d'etre depossede du site, ce n'est pas tres fair-play.

Doğubayazıt 14-07-2008
La route de Kars a Doğubayazıt est tres belle, parsemee de petites collines multicolores, un melange d'ocres, de verts et de kakis. Et bien sur la silhouette particuliere du mont Ararat. L'occasion pour mon guide de repeter 15 fois en 3 pages "avec le mont Ararat en toile de fond".
Il y a beaucoup de touristes dans ce bled du fin fond de la Turquie. Les gens vont et viennent d'Iran, veulent visiter le mont Ararat et le palais d'Işhak Paşa. J'y vais de bon matin, 5 petit kilometres a parcourir, mais je me fais prendre en stop par les ouvriers de la "restorasyon" quand je vois que la route commence a monter. C'est tres beau, la vue sur la plaine est magnifique. Le palais est en pleine restauration et le harem est ferme. Je m'assois et fume une cigarette avec les 2 gardiens, qui finalement me laissent y aller.
Nous buvons ensuite quelques thes ensemble puis ils m'invitent a dejeuner avec deux autres comperes, dans leur petit local a l'interieur du palais. Poulet revenu avec tomates et legumes, du pain pour saucer, simple et tres bon. Plus tard lorsque nous digerons en buvant du the Ismael passe. C'est un soufi (rappelez-vous, Mevlana, "qui que tu sois, viens") qui tiens un magasin de tapis en ville et il essaie de me convertir en 10 minutes. Il est tres facile de reconnaitre les soufis, ce sont les seuls musulmans qui vous diront que le dieu chretien et Allah ne font qu'un (les autres sont plutot bornes sur cette question). Eux ne promettent pas la vie eternelle mais le bonheur et l'amour.

La bande du palais d'Işhak Paşa.
message de Djinn le 15-07-2008 à 23:46
  Tu devrais arrêter avec ton guide, parce qu'à chaque fois que tu en parles tu es soit blasé soit aigri... Que ça ne t'empêche pas de profiter de tout ce qu'on ne peut pas vivre aujourd'hui voire demain, nous pauvres contribuables... :p

message de xav le 22-07-2008 à 14:39
  Ben y'a de quoi c'est tellement bourre de coquilles. Celui de l'Iran je vous raconte pas, impossible de s'y retrouver sur la carte de Teheran, tous les numeros sont melanges, c'est du foutage de gueule. Mais il est pratiquement impossible de voyager sans guide. Detrompe-toi, moi aussi je suis un contribuable, je le sens bien passer tous les mois.

message de Djinn le 22-07-2008 à 15:04
  lol et moi qui n'ai encore jamais eu la "chance" de payer un impôt sur le revenu ! Tu devrais changer de métier, et proposer tes services à ces différents guides en leur notifiant les conneries qu'ils vendent...


Les deux Turquies 15-07-2008
On m'a tellement raconte de choses sur les differences entre l'ouest et l'est de la Turquie, que ce n'est pas le meme pays etc...
Je ne parle pas de la difference entre turcs et kurdes. Ils ne s'aiment pas beaucoup, il faut l'avouer. Les turcs reprochent aux kurdes d'etre un peu rustres, pas tres eduques, un peu comme les turcs de Trabzon (qui sont aux turcs ce que les belges sont aux francais). Les kurdes reprochent aux turcs de ne pas etre tres courageux (il y a beaucoup de kurdes dans l'armee turque). Les kurdes disent pouvoir tuer 10 hommes pour l'honneur de leur femme, alors que les turcs considerent leurs femmes comme des objets. Enfin ils font moins les fiers quand je leur dit qu'il tuent aussi leurs femmes pour leur honneur. Bref c'est ce qu'ils disent, je n'ai rien vu de tout cela.
Les turcs aiment les fleurs, se chamailler, se faire des blagues (meme entre adultes). Les kurdes aiment chanter, danser.

Le pere de la Nation est omnipresent. Meme chez les kurdes, qui pourtant ne le portent pas dans leur coeur.
J'adore leur facon de dire non, qui est somme toute assez logique. On dit oui en hochant la tete vers le bas ; non en hochant la tete vers le haut. Lorsque vous demandez a un chauffeur de bus s'il va a tel endroit et qu'il vous regarde en haussant les sourcils, cela veut dire non. C'est assez destabilisant au debut. J'ai remarque 3 niveaux de negation : haussement de sourcil, levage de tete, faire un "t" en claquant le bout de la langue a l'avant du palais comme lorsque l'on appelle un chat, en inspirant legerement (pas evident de decrire un son). Lorsqu'un turc fait "t, t, t" il n'exprime pas la negation mais la desaprobation (un peu comme nous). Si vous associez les 3 formes (je vous laisse imaginer la scene), c'est un non franc et massif, en general votre interlocuteur n'insistera pas. Dans mon cas (je fais couleur locale), c'est tres efficace pour les cireurs de chaussures car il ont la honte de m'avoir pris pour un touriste et ils filent rapidement.
Mais c'est tellement contre-intuitif pour nous francais qu'il n'est vraiment pas facile de dire non a la turque. Je me suis souvent entraine dans mes chambres d'hotel mais lorsque je me fais surprendre, je dis non en hochant la tete de gauche a droite (puis en la levant et haussant les sourcils, ce qui seme la confusion chez mon interlocuteur). Et vous, vous hochez la tete de droite a gauche ou de gauche a droite ? Voila une question pertinente que je dois ajouter a mon sondage permanent.
Bref, revenons a nos moutons, l'est et l'ouest de la Turquie. Il y a bien evidemment des differences, ne serait-ce que parceque 99% des touristes ne se rendent que dans l'ouest, beaucoup moins rural que l'est. Mais au risque d'en choquer certains, la seule difference essentielle que j'ai observee est que l'on sait faire du fromage qui a du gout dans l'est (en boule a Urfa, aux herbes de Van, le filandreux d'Erzurum...). Blague a part, j'ai bien sur note des differences, mais pour moi autant qu'entre un marseillais et un chti, ou un parisien et un auvergnat. Les fondamentaux de la Republique sont partout, meme dans les petites villes de l'est. Par exemple j'ai pu voir dans tous les villages des femmes sans turban (voile). Bien sur la pression sociale doit y etre penible, mais elles y arrivent, c'est possible. Notez que je ne suis pas alle dans les trous perdus de moins de 2000 habitants, ou la situation doit etre differente. Mais je pense que dans un trou perdu de l'ouest les femmes ne sont pas a la fete non plus.
Bref il y a bien des differences entre l'ouest et l'est, mais pas si fondamentales qu'on veuille bien le dire et surtout dues aux modes de vie citadins et ruraux.
message de Djinn le 22-07-2008 à 15:21
  C'est très drôle ces différences de comportement non-verbal entre les cultures... et quand on essaye d'imaginer ce que tu nous décris, on rigole bien ! Au-delà de ça, c'est très intéressant ce "paralangage" : il semblerait qu'on décode beaucoup d'informations dès les premières secondes de mise en relation avec quelqu’un, ceci sans même s'en rendre compte. Même si on ne répond pas tous aux signaux perçus de la même façon, tout dépend de notre personnalité, de notre état d’esprit, de notre culture... C'est toujours agréable d'avoir le temps d'observer et d'interpréter selon la culture du peuple en question, ça facilite le dialogue...


Mont Ararat 16-07-2008
Cette histoire de touristes allemands enleves par le PKK est bien etrange. Le mont Ararat n'est (re)ouvert au tourisme que depuis 7 ans et l'armee turque, qui n'aime pas y trainer, ne pouvait rever d'une meilleure occasion pour le fermer a nouveau.
Doğubayazıt est une enclave 100% kurde et le tourisme fait vivre beaucoup de monde ici. Un guide vraiment "pissed off" me dit qu'un randonneur sur le mont Ararat rapporte autant que 10 dans le kaskar, a quelques heures du bus de la (car il faut un permis special et les kurdes tiennent bien en main leur monopole ici). Bref cela equivaut a se tirer une balle dans le pied. On m'a raconte que ce serait un nouveau venu du PKK relie a la Syrie qui essaierait de faire son trou ici.

Le mont Ararat en toile de fond.
message de eliane le 13-08-2008 à 14:35
  Le voila donc enfin, ce fameux Mont Ararat dont tu parlais avant de partir. Je profite de cette période plus calme pour rattraper le retard pris à consulter tes news. Bonne continuation...


Tabriz 17-07-2008
Le passage de la frontiere se fait sans trop de difficultes, mon sac est a peine fouille. Il faut juste se mefier de ces voleurs de changeurs d'argent. En route vers Tabriz en 206, beaucoup plus rapide que le bus, je paye 7 euros pour 200 km. Ici pour 1 euro on a 15 litres d'essence, ce qui explique que toute voiture est un taxi en puissance.
Tabriz est une ville calme ou il n'y a rien a faire, hormis visiter le tres joli bazar. Et l'office du tourisme, sans doute un des meilleurs du monde grace a Hassan, ou je vous recommande d'aller des votre arrivee.
C'est toujours un peu difficile les 2-3 premiers jours dans un pays. On ne connait pas le prix des choses, on a l'impression de se faire arnaquer a chaque coin de rue (a 25% d'inflation par an les prix peuvent doubler depuis la parution de votre guide), il faut s'adapter aux modes de transport, de restauration, et c'est une nouvelle langue a se farcir (maitre Capello, si tu nous regardes...). Ici on se deplace beaucoup en taxi collectif, comme au Liban. C'est tres pratique et pas cher mais pas evident a gerer pour un touriste.
J'ai change 100 euros et me voila millionnaire en poulouds. Pardon en rials. Il peut etre enervant de se faire arnaquer en payant 10 000 rials au lieu de 5000, mais ce sentiment reste tres passager quand on realise qu'un euro vaut 15 000 rials. Tout le monde parle en toman (10 rials), on se fait avoir une fois ou deux mais on s'y fait vite. Souvent les gens ne disent que l'unite, par exemple 5 ; a vous de comprendre si c'est 500 ou 5000 tomans selon ce que vous achetez.
J'ai rencontre et passe quelques temps avec un iranien non-musulman, qui se sent comme un exile dans son pays, et pour qui Bush et Sarkozy sont des heros.

Phileas Fogg 19-07-2008
Que fait un couchsurfer quand il debarque dans un pays ? Il s'achete une carte SIM bien sur. Mon telephone, auparavant totalement inutile, devient un outil essentiel pour prendre rendez-vous. D'ailleurs on numero est le +98 936 097 38 96, au cas ou. Le vendeur de la carte s'est charge de debloquer mon telephone qui etait verouille par mon operateur. Il a omis de me dire que cela reinitialiserait la bete. Voila, j'ai perdu tous mes numeros, meme le tien, cher lecteur. Alors si vous voulez que l'on se revoit un jour, envoyez-le moi par email. Devant mon etat d'abattement (en fait j'essayais d'imaginer tout ce que j'avais perdu), il me dit que s'il avait fait cela en France il aurait risque la prison, comme si cela allait me consoler.
Venant de Turquie, je suis un peu choque par tous ces foulards. Le plus troublant est que toutes les femmes le portent. Pas d'exceptions. L'absence de variations revet pour moi un caractere morbide. Un bonne proportion, a peu pres autant qu'en Syrie, est en tchador, essentiellement les plus agees. Tout de noir vetues par cette chaleur, je les plains. Quant aux jeunes, le voile, de couleur, est assez lache, et couvre la tete jusqu'a la verticale des oreilles. Je ne puis m'empecher de m'interroger de nouveau sur la signification de ce bout de tissu. Pourquoi obliger les femmes a se couvrir ? Pour cacher des zones jugees erotiques. Cela je peux l'accepter. Mais pourquoi cacher ces parties du corps au regards des hommes ? Pour eviter qu'ils aient de mauvaises pensees sur une femme qui ne leur appartient pas ? Parcequ'ils ne peuvent pas se controler ? Parcequ'ils ne sont pas maitres de leurs instincts, leur volonte ne serait pas maitre de leur corps ? Dans ce cas, enfermer les femmes dans cette prison de tissu revient a abaisser l'homme au rang d'un animal (oups je vais me faire lyncher).
J'ai rencontre a l'office du tourisme 3 jeunes francais, d'atypiques etudiants en droit, et nous avons fait un tour a Kandovan ensemble. C'est un petit village troglodyte, la cappadoce en miniature. Ils vont parcourir Paris-Katmandu en 53 jours, pas un de plus, pas un de moins. Bonne chance !

Mercedes 21-07-2008
Lorsque je suis monte dans le bus de nuit qui devait nous emener en 10h vers Teheran, je me suis dit qu'il n'y arriverait jamais. J'ai ete mauvaise langue, mais nous nous sommes quand meme arretes vers 3h du matin a cause d'une enorme fuite d'huile, qu'une voiture nous a signale avec moult appels de phare. Le chauffeur avait l'air depite, du style qu'ai-je fait au seigneur pour meriter tant de galeres, mais il a reussi a reparer la durite avec 3 fois rien.
Arrive au Karaj, les gars se sont quasiment battus pour me prendre en taxi (officieux). Finalement ils discutent et j'ai 2 conducteurs dans ma voiture. Je trouve ca etrange car cela signifie qu'ils vont partager les benefs, donc qu'ils comptent me plumer comme un innocent petit canneton. Or pour 5 kilometres je ne peux pas me faire arnaquer de beaucoup. Puis en route je comprends que la nuit de bus m'a quelque peu obscurcit l'esprit et que ce n'est pas 5 mais 40 km qui nous separent de la ville. Effectivement ils peuvent essayer de me sucer jusqu'a la moelle. Les tractations commencent, ils me demandent 50 dollars puis descendent genereusement a 45. Comme il est hors de question que je paye cette somme, ils me deposent a une station de metro, finalement tres pres de mon hotel, et les negociations, tres kinestesiques, tres longues, continuent sur le bord de la route. Je paye finalement l'equivalent de 20 dollars en poulouds (belle arnaque mais ils ne sont pas contents du tout bien sur). Ils menacent meme d'appeller la police, ce qui est assez cocasse pour un taxi clandestin turc. Encore 10 minutes de palabres pour 2 dollars de plus (la sempiternelle "derniere couche") que je refuse obstinement de payer, considerant que je me suis deja fait arnaquer au-dela de toute decence. Puis ils s'en vont car nous ne sommes pas tres discret sur le trottoir.
message de magali le 28-07-2008 à 12:00
  donne nous de tes nouvelles dès que tu peux ! je t'embrasse. et je te confirme, les hommes sont bien abaisser au rang des animaux quand ils ne traitent pas leurs pareils (pareilles) avec égalité. je te ré embrasse


Uzbekistan va la cruche a l'eau... 26-07-2008
Premier jour :
A pein arrive, je dois m'occuper de mon visa ouzbek, afin de pouvoir demander le turkmene. Mon hotel est au sud de la ville, l'ambassade au nord, ce qui nous fait une bonne vingtaine de kilometres a parcourir. On m'ecrit l'adresse en arabe a l'hotel puis un coup de metro et taxi. Apres quelques coups de fils le taxi voit a peu pres ou c'est. Nous errons quand meme dans le quartier quelques temps avant de trouver. Sauf qu'il s'avere que ce n'est pas l'ambassade mais plutot la maison du consul ou quelque chose approchant. Un prepose m'explique le chemin en farsi mais heureusement, un livreur de passeports arrive et je le suis. C'est un afghan qui etudie le droit a Teheran, encore un fan de Bush et Sarkozy. Apres 3 heures d'attente au soleil, on m'explique qu'il me faut une lettre de l'ambassade de France...

Deuxieme jour :
Tout se passe bien, je suis bien accueilli, et ma lettre sera prete le lendemain. Je me demande a quoi elle sert, cette lettre qui dit "Nous sommes heureux de vous annoncer que M. Thomas veut visiter l'Ouzbekistan".

Troisieme jour :
J'ai ma lettre dans la matinee, je decide de prendre le bus pour le nord, ce qui m'ammenera beaucoup plus pres de l'ambassade ouzbeke. J'essaie d'acheter un ticket a une guerite mais on me fait comprendre qu'il faut payer dans le bus. Il vend peut-etre des timbres ou des billets de loterie, allez savoir. C'est vraiment pas cher le bus, mais plus d'une heure pour faire 10 km ! Finalement je paye le meme prix pour le taxi malgre la moindre distance, le tarif "touriste vers une destination exotique", mais je paye 4 euros au lieu de 2, pas de quoi s'enerver. J'arrive a l'amabassade, personne ne fait la queue, super ! Normal c'est ferme aujourd'hui...

Quatrieme jour :
Je tombe sur un taxi qui me propose le compteur. Je pensais que cela n'existait pas en Iran ! J'accepte avec plaisir, finalement c'est plus cher qu'en negociant a peine, haha. Apres deux heures d'attente aux portes de l'ambassade, a m'etre fait gruge par 6 personnes inscrites apres moi sur une liste que personne ne respecte, j'arrive enfin au guichet avec ma lettre et mes 2 photos. Passablement enerve, j'en etais venu a bloquer physiquement le chemin dans l'escalier. Car lorsque vous leur dites "c'est moi le suivant" ils vous repondent "oui oui" avec un grand sourire et se faufilent devant vous. Au retour, je rentre avec un taxi sauvage, c'est franchement pas cher.
Bon, 5 jours d'attente pour le visa, c'est tres correct. Teheran, me voila !

Comment dire... 27-07-2008
Teheran est une ville particuliere. Pour commencer nous sommes en ete, la chaleur n'a pas de nom. La deuxieme chose que vous remarquez est la circulation. Les rues sont des 4 voies a la circulation dense et fluide, et il n'y a pas de feux rouges ! Il faut une certaine dose de courage pour traverser les rues et il est vain d'attendre un creux dans la circulation. Au debut vous collez aux basques des iraniens qui traversent mais parfois vous etes seus a vouloir passer alors il faut se lancer. Le tout est de bien regarder les voitures qui vous foncent dessus, elles donnent un leger coup de volant pour vous signifier qu'elles vont passer a droite ou a gauche, vous avez alors quelques dixiemes de secondes pour avancer de trois pas ou ne pas bouger. Apres quelques jours vous vous lancez dans la circulation sans vraiment faire attention, on s'habitue a tout. Nan, je deconne, c'est toujours aussi flippant de traverser la route dans ce pays. Il faut surtout se mefier des motos a contre-sens et sur les trottoirs. Je suis tres impressionne par les croisements. Imaginez deux 4 voies denses qui se croisent sans feu, sans rond point. C'est un peu bordelique, mais c'est fluide ! Mon spectacle prefere sont ces longs bus qui forcent le passage comme des sauvages, ouvrant momentanement le passage aux pietons. Mais je n'ai vu aucun accident (il y a malgre tout 25 000 morts par an sur la route pour 80 millions d'habitants). Les iraniens sont de tres bons conducteurs, memes les femmes peuvent tenir une conversation au volant en slalomant comme des folles, tout en reajustant leur voile.
Teheran est assez polluee, j'ai l'impression qu'il n'y a pas d'endroits a moins de 100 metres d'une 4 voies. La route (et les voitures) est tres presente. Si, epuise par une longue marche par 40 degres, vous voulez vous asseoir quelque part en terasse en sirotant un the, sachez que ce genre d'endroit n'existe pas. J'exagere un peu, en allant pres de la montagne, au nord, vous trouverez pleins de salons de the. C'est d'ailleurs l'endroit ou tous les teheranais sortent. Car en centre ville, point de salut.
La vie publique etant assez risquee (il faut respecter les moeurs, la segregation homme-femme), les gens s'invitent et s'amusent chez eux. Heureusement, les iraniens sont tres ouverts, il est tres facile d'en rencontrer et d'etre invite. La voiture a une grande importance sociale, car c'est un endroit semi-prive. On m'a raconte que les jeunes font des allers-retours sur les grands boulevards et essaient de se brancher de voiture en voiture via leur telephone portable.
Bien que cela soit assez risque, il existe beaucoup de jeunes couples hors-mariage, parfois avec la benediction de la famille (pour une certaine classe sociale a Teheran). En cas de besoin certaines femmes se font recoudre l'hymen avant le mariage. C'est bien sur formellement interdit, tout comme l'avortement, qui est lui aussi pratique. Je ne veux pas dresser un prortrait idyllique de l'Iran mais ici tout est possible, tout est cache.

Teheran... 29-07-2008
Bon je ne poste pas beaucoup en ce moment car c'est la croix et la banniere pour trouver un cyber-cafe dans cette ville. Pour commencer tout est ferme le vendredi excepte quelques restaurants. Il y a tres peu de cyber-cafes a Teheran et ils sont fermes le midi et apres 21h. Quand vous en avez finalement degotte un, vous tombez sur un celeron a 125 Mo de Ram avec une mauvaise souris a boule hors d'age et une connection en 56K. Pas tres motivant pour ecrire. Quasiment tout ferme a 21h dans cette partie de la ville. Dans le riche quartier nord, c'est different, mais c'est a 15 km d'ici et il n'y a pas de transport le soir. Maintenant je comprends mieux l'etonnement de certains teheranais concernant ma presence ici.
Bref, il faut l'avouer, cette ville est assez pourrie. Malgre tout je suis assez occupe car j'ai rencontre quelques iraniens avec lesquels je passe mes soirees. Je posterais plus tard lorsque je serais dans un coin plus touristique et mieux fourni en cybers.

Ali Sadr Cave 30-07-2008
J'ai ete invite a une soiree pour feter en petit comite (nous etions une vingtaine) les fiancailles de jeunes gens que je ne connaissais pas. Cela se passait dans une -tres- riche maison, dans le nord de Teheran. Musique a fond, jupes, alcool, aucun indice n'aurait pu vous laisser deviner que vous etiez en Iran. La "vodka perse" ressemble beaucoup a de la gnole, une eau-de-vie avec un gout de baies rouges, que l'on buvait tout de meme assez discretement. C'etait sympa, j'ai meme fait l'effort de danser ^^
Puis est arrive le moment le plus important de la soiree, le buffet. J'ai mange plusieurs fois chez des gens et la cuisine iranienne est tres bonne, mais je ne sais pourquoi il est impossible de trouver quelquechose de correct dans les restaurants, excepte l'eternel kebab au riz. Je rencontre dans la soiree un membre de la famille (tribu) Kadjar, qui m'invite a aller visiter une celebre grotte avec des amis le lendemain. Les Kadjar etaient la tribu royale de 1786 a 1925 avant les Pahlavi (derniers rois d'Iran). Il me raconte que le premier des Kadjar, emascule par un roi Zand, pris le pouvoir en retournant dans le village de son ennemi et fit enucleer 10 000 personnes. Boule pour boule, il fit un tas de ces 20 000 globes occulaires. Chatre, il passa son temps a guerroyer et etendit les frontieres de l'Iran.
La soiree se termine vers minuit, je dors chez mes 3 comperes dans un appartement de 270 m2, puis nous prenons la route pour la grotte Ali Sadr vers 5h du matin, pour arriver vers 10h. C'est comme Disneyland un week end du 1er mai, ces grottes sont pour les iraniens la plus belle attraction touristique de tout l'ouest du pays. Certains viennent meme du sud, car c'est un long week end de 3 jours. C'est une immense grotte innonde qui se visite en file de bateaux tractes par des pedalos. C'est aussi peuple que le pont de l'arc au mois d'aout. Bon voila, c'est une grotte, quoi. Je me demande pourquoi tout le monde vient ici alors qu'il y a tant de sites archeo aux alentours. Nous rentrons vers 22h, les 12 heures de route nous ont epuises (surtout le conducteur), mais j'ai passe une journee sympa et appris pleins de gros mots en farsi.
message de maman le 05-08-2008 à 16:27
  peut être qu'il fait plus frais dans la grotte que sur les sites acheos. De toute façon tu n'as pas perdu ton temps puisque tu a appris du vocabulaire, je te reconnais bien , faut que tu t'occupes l'esprit, et puis qui sait, cela te servira peut être au retour.Je t'embrasse et a bientôt


The Flying Dutchman 01-08-2008
J'ai trouve un coin agreable dans le centre-ville, pres de la place Valiasr. Il y a des fast-food de qualite correcte, beaucoup de gazon ou l'on peut deguster les-dits sandwiches, et meme un grand parc ou l'on peut faire une sieste sur la pelouse. C'est a peine si l'on y entend le bruit de la circulation, c'est dingue.
Je suis dans un hotel de backpackers, en dortoir de 5 personnes. C'est assez sympa, je vois defiler les gens qui viennent ou vont vers le Pakistan. Il y a beaucoup de passage et je prends un malin plaisir a decortiquer tous ces "travellers".
Il y a un fou de hollandais avec lequel j'ai sympathise. Il entre dans le dortoir tel une tornade, sans se soucier si des gens dorment (certains passent leur temps a dormir sans sortir de l'hotel c'est hallucinant). Il parle tout seul et marmonne des "this is not good". C'est un homme de 55 ans, decharne, aux cheveux tres courts. En d'autres lieux, je l'aurais pris pour un flibustier en fin de carriere, une jambe de bois lui irait a merveille. Ses yeux bleux lancent des eclairs et je suis sur qu'il ferait pleurer un enfant simplement en le regardant. Mais il est assez sain contrairement aux apparences, je pense qu'il a simplement un peu abuse des produits locaux en Inde. Et ce vieux brisquard a reussi a trouver du chichon a Teheran. Il me dit qu'il est "not good" mais au toucher et a l'odeur je vois tout de suite que c'est du premier choix. A force d'en abuser, il ne doit plus en sentir les effets. Un dollar le gramme c'est pas cher, surtout qu'il est tres bon ! Il m'en file un petit bout, au nom de la solidarite du fumeur.
message de Zuv le 20-08-2008 à 11:28
  Crevard !


Cinquieme jour 03-08-2008
Je vais a l'ambassade ouzbeque chercher mon visa, je leur ai laisse un peu de marge car j'en ai un peu ma claque de ces allers-retours. Ils se sont reorganises, maintenant le premier de la liste la monte au bureau et ceux-ci appellent les gens un a un par leur nom. Enfin plus besoin de se battre avec les gars des agences de voyages qui viennent tous les jours avec 10 passeports et qui sont de vrais fennecks. Du coup c'est un peu plus lent, et ils n'appellent pas forcement les gens dans l'ordre, mais bon. Apres 2 heures j'arrive enfin au guichet, pret a debourser n'importe quelle somme en dollars, mais je sens qu'il y a probleme. Puis on m'explique qu'ils ont "oublie" d'envoyer la lettre en Ouzbekistan. Le plus dur a ete de ne pas raler pour le principe (toujours rester tres poli avec le personnel des ambassades, ils ont tout pouvoir et aiment en user). Il me faudra revenir dans une semaine. Voila qui ne m'arrange pas vraiment, c'est le moins que l'on puisse dire, car je dois encore demander le visa turkmene. Je decide de quitter Teheran, je ne veux pas rester un jour de plus dans cette ville.
message de cleo le 05-08-2008 à 17:52
  et bien dis donc c'est devenu ton passe-temps favori la course aux visas!! tu as raison de te garder la plus belle galere pour la fin : le visa chinois...

message de Phil le globecroqueur le 06-08-2008 à 22:26
  Salam, voyageur au long cours ! me voila de retour depuis hier... ce fut bien sympa de croiser ta route, je te la souhaite longue et riche. Alors Kashan ? As tu été à la Ehsan Guest house ? Khoda Hafez Phil www.globecroqueur.com


Kashan 04-08-2008
Moi qui suis impatient d'aller a Kashgar, ce n'est pas gagne apres cet attentat. Je ne poste pas souvent en ce moment car il est difficile de trouver un cyber-cafe correct et je n'ai pas trop le temps. Mais ne vous inquietez pas, je me sens plus en securite ici en Iran qu'en France a mastiquer sagement mes 100 kg de plutonium, hihihi.


Me voila donc a Kashan. Suite aux conseils de Phil, un dessinateur palois que j'ai rencontre a Teheran, je vais a l'Ehsan Guesthouse, une maison traditionnelle restauree en hotel et centre culturel. Je me fais plaisir apres ces 15 jours de dortoir et prend une suite royale a 15 euros la nuit. C'est un 3 pieces magnifique avec un petit tunnel pour entrer dans la chambre. La salle de bains est a l'exterieur mais c'est normal, c'est une maison tra-di-tion-nelle, vous voyez le concept ? A Kashan les maisons s'organisent autour d'une cour avec un bassin et s'effoncent en partie sous terre, ce qui donne des pieces fraiches et silencieuses. Bref j'y suis tellement bien que j'y reste finalement 3 nuits.

Je vous presente Charlie, croise a Kashan.
message de Djinn le 12-08-2008 à 03:02
  l'est pas rassurant ton copain...

message de Marie-Noël le 14-08-2008 à 01:40
  T'as de beaux yeux Charlie tu sais ...

message de Phil le Globecroqueur le 17-09-2008 à 01:13
  Cool, content que tu sois allé à la Ehsan, génial !


Tabatabei 05-08-2008
Kashan est une ville tres agreable, en osmose avec le desert proche. Les maisons anciennes sont en torchis, un bien meilleur isolant thermique que le beton. La vue sur la vieille ville des toits du bazar est superbe. On voit poindre ca et la de curieuses tours, les bagdirs, ou tours a vent. C'est tout simplement la climatisation du moyen-age. Ces tours captent les vents dominants (mais pas celui du desert qui est chaud et charge de poussiere) pour les projetter sur une bassine d'eau ou dans des conduits humides, ce qui rafraichit et humidifie l'air. Combine avec la bonne isolation d'une piece construite en partie sous terre, c'est tres efficace et bien plus sain que la clim electrique.

Une tour a vent, "badgir" (bad-vent ; gir-prendre).
A Kashan on visite surtout quelques maisons anciennes, que j'appellerais plutot des palais tant elles sont immenses et raffinees. La ville est deserte de midi a 17h, je commence donc a l'approche du coucher mais ces maisons ferment tot. A la premiere (Ameriha) on me dit que c'est ferme, mais finalement le gardien me laisse entrer sans payer devant ma mine deconfite, sous pretexte que je suis seul. Immense, il y a plus de 200 pieces et 4 cours interieures.
A la deuxieme (Bojuherdi) je trouve porte close. Je reste quelques secondes en arret devant cette porte typique et j'entends une voix feminine me heler "Mister, mister". Je me retourne sur une beaute en tchador qui me fait signe de la suivre. Je regarde autour de moi, ne sachant trop comment reagir, si je peux lui parler, puis je me rends compte que les petites ruelles en terre de Kashan ne sont pas un endroit tres public. Souriante, elle me dit "Tabatapei, tabatapei". Je ne comprends rien mais je la suis. Ses yeux, son nez, sa bouche, tout son visage exprime la joie et la volonte de vivre. Une fleur de 20 ans pleine d'espoir et de fraicheur, qui va lentement se faner d'ennui et de promesses non-tenues.
Tabatabei est en fait une autre maison historique, magnifique. Je croise a maintes reprises ma fleur en moire, nos visages ne peuvent s'empecher de se sourire, puis je la laisse s'evanouir dans les rues tortueuses de la vieille ville. Je reste a Tabatabei, ecoutant de la musique, discutant religion et buvant le the avec les gardiens, bien longtemps apres la fermeture des portes.
message de Marie-Noël le 14-08-2008 à 01:37
  Tu t'enfonces en Iran ! Va pas trop vite. Il faudrait que je trouve une carte pour situer ses villes. Bref la relation a l'autre a l'air chose primordiale. Bon point . Satisfaite de voire que les charmes des femmes peuvent s'exprimer sous d'autres traits que la simple silhouette. Leur apparat ne donnerait il pas plus de vie au visage ? je pars faire ma piquûre de rappel au Liban. Un peu d'orient ne va pas faire de mal. Auras tu des amis qui te rejoindront pdt l'été ? A bientôt et longue route Marie-no Marie-Noël

message de gzav le 20-08-2008 à 11:24
  Oui tu as raison le voile noir eclaire les visages de femmes j'ai decouvert cela recemment. Non, personne ne vient me rejoindre dans ces pays, mais ce n'est pas evident de me choper au vol...

message de Zuv le 20-08-2008 à 11:39
  Quetard lol


Kashan 08-08-2008
Je discute pas mal le soir avec les garcons de l'hotel en buvant du the, puis l'un d'eux, Vahid, m'invite a dormir chez lui, ce que j'accepte. La encore je retrouve la cuisine iranienne, absente des restaurants. Il y a notamment un plat de riz prepare par sa mere qui m'a particulierement marque : riz normal, riz safrane, carottes rapees cuites, baies rouges sucrees, le tout recouvrant des morceaux de poulets. La diversite des couleurs est tout d'abord sublime a regarder, puis c'est une explosion de saveurs dans le palais, un subtil melange sucre-sale. Mais je ne vais pas vous ecrire le menu dans le detail ce serait trop long.
La famille insiste beaucoup pour que je reste vendredi, mais je suis depuis 5 jours a Kashan et a ce train-la, je vais rester 3 mois en Iran. De plus d'autres iraniens, des amis de Teheran, m'attendent deja a Esfahan. Vahid, d'une gentillesse extreme, m'accompagne a la station de bus et me donne meme de l'argent, que je refuse evidemment. Mais il m'affirme avoir negocie avec le patron de l'hotel mes nuits a moitie-prix et il me rend la difference (20 euros). Je ne le crois pas vraiment mais je sens que je ne peux pas refuser. C'est donc bien triste que je les quitte, en me disant que Kashan merite bien une semaine de visite.

Vahid, jeune homme en devenir ; moi, glandeur amateur ; Ali, cineaste en puissance.
message de Zuv le 20-08-2008 à 11:42
  T'as bien une tête d'iranien... T'es ptet pas libanais en fin de compte.

message de Phil le Globecroqueur le 17-09-2008 à 01:18
  trop sympa ! je t'avais dit que je n'avais finalement rien payé à l'Ehsan ? même en insistant...


Esfahan 09-08-2008
Esfahan est une ville agreable et tres touristique, avec des parcs ou l'on peut boire du the en regardant les joueurs d'echecs. Ces visages concentres a l'ombre du feuillage, voila un sujet en or pour le photographe amateur. Mais decidement non, je n'ai pas envie de m'y coller.
De notre hotel de backpackers, nous formons une petite bande avec les 2 coreennes Tin et Chim ("pronounce like chim card"), Alberto l'italien et Ben l'australien. Sur la place Imam Khomeini, nous ne pouvons marcher 10 metres sans se faire brancher par un "hello". Alors que quand je suis seul, les gens me demandent leur chemin !
Les garcons sont vraiment tres troubles par les iraniennes, du coup je me met a etudier serieusement la question.

La place Imam Khomeini, de son vrai nom Naqsh e Jahan (modele du monde).
Esfahan est a l'Iran ce que Marseille est a la France : une ville un peu a part, avec une forte identite et un accent typique. Elle est peuplee de jeunes branleurs qui font des roues arrieres sur leur VTT en parcourant le soir le pont Si-o-Se. Esfahan est tres agreable a vivre grace a ses parcs le long du fleuve, mais quelle ville ne le serait pas apres l'enfer de Teheran !
message de Tsi-san le 01-02-2009 à 02:11
  sur les roues arrières... ici (à Tahiti) on dit du "wheeling", c'est plus court! Je te lis toujours avec grand intérêt... très très en retard! Bises


Chiite alors 14-08-2008
La premiere chose que j'ai ressenti en arrivant en Iran, des mes premieres discussions, est que les perses se sont fait envahir par les arabes en 633 et ne l'ont toujours pas digere.
Je me demande meme si le pays n'est pas devenu chiite au fil de l'histoire par resistance a la culture arabe sunnite. Car tout comme en Turquie, ne dites surtout pas a un iranien qu'il est arabe ! Depuis le debut de mon voyage je parle beaucoup de politique et religion avec les gens, mais c'est seulement ici que je commence a comprendre la nuance entre chiites et sunnites. Le sunnisme, c'est l'Islam orthodoxe, avec Mahommet et le Quoran. Le chiisme commence avec les 12 imams, descendants du prophete qui etaient charges d'interpreter le Livre apres sa mort. Il n'y a eu que 12 imams (ou 4, 6, 8 selon les differents chiismes), un peu comme nos 12 apotres. Le premier imam est Ali, gendre de Mahommet, dont l'assassinat est a l'origine du schisme chez les musulmans. Il y eu ensuite Hossein et Reza qui furent des imams tres connus puis le douzieme, l'imam Mahdi ou imam cache, qui a disparu mysterieusement (il a du se faire buter dans une ruelle sombre) et qui reviendra un jour sur Terre avec Jesus annoncer le royaume de Dieu ou la fin de l'injustice, enfin vous voyez le tableau. Les religieux lui ont construit un trone a Qom et l'attendent de pied ferme. L'ayatollah (expert en religion) Khomeini fut sacralise Imam apres sa mort, et il y a aujourd'hui un imam en Iran, Khameni, qui parle bien sur au nom de l'imam cache.
Bref chez les sunnites on s'en tient au Quoran et au prophete, chez les chiites on fete d'abord les imams. Par exemple il n'y a pas eu de manifestations spontanees en Iran lors des caricatures danoises de Mahommet. Mais cela aurait ete different s'il s'etait agit de caricatures des imams. Il ne faut pas prendre cet difference entre sunnites et chiites a la legere : pour un saoudien un bon chiite est un chiite mort. Ils preferent encore avoir a faire aux chretiens, qui pronent une autre religion, plutot que ceux qui ont une vision alternative de leur propre religion.

Cathedrale Vank, dans le quartier armenien de Jolfa.

Angel's Face 16-08-2008
Les iraniennes sont vraiment tres belles. Elles sont assez grandes, avec des belles formes (quoique un peu leger au niveau du balconnet) et un grain de peau assez fin. Les iraniens ont la peau assez claire (plus que moi), d'une couleur tirant sur l'olive.
L'Iran merite le Hot d'Or des pays que j'ai visite jusqu'a present (Singapour est hors-competition car ce n'est pas un pays). Le classement se fait par le nombre d'occurrences de beautes fatales en marchant 10 minutes dans la rue. La beaute d'une femme est une notion assez subjective, mais l'on peut assez facilement mesurer ses effets sur la gente masculine (haussement de sourcil, regard fixe, battement de paupiere, un "wow" admiratif, deficit d'attention etc...).
J'ai commence a m'interesse au phenomene lorsque j'ai vu l'effet qu'elles provoquaient sur les touristes males. Lorsque qu'Andrea, un italien parlant francais, s'ecrie dans la rue "Mama Mia, quels culs magnifiques !". Ou bien quand Raoult, un bresilien habitue a un etalage de chair extreme, s'apercoit qu'il est ici emu par une cheville ou un pied nu.
J'ai donc mene mon etude. Commencons par la tenue vestimentaire. Les femmes traditionnelles, ou qui ont un mari/pere un peu strict, portent le tchador. Elles sont a peu pres 1/3 dans les villes normales (hors Qom et Masshad). Le tchador est une simple piece de tissu noir tres leger, que l'on met par dessus ses vetements. Les femmes doivent donc le tenir en permanence d'une main, parfois avec les dents lorsqu'elles ont besoin de leur 2 mains. Je n'ai jamais vu de tchador avec des attaches ou boutons-pression, je me demande si c'est anti-religieux.
Mais la plupart des jeunes portent jean et manteau, une tunique de lin a manches longues qui descend a mi-cuisse, de couleur noire, vert, marron. Certaines essayent des couleurs plus vives ou avec des motifs, et des manches un peu plus courtes. Pas a pas elles essayent d'elargir leur garde-robe publique. Le but du manteau est de cacher les formes de la femme et d'eviter les mauvaises pensees chez l'homme, mais il a l'effet inverse sur moi. En effet le manteau est souvent assez cintre, pres du corps, et cree une silhouette avec de belles courbes, sans la cassure de la taille du jean.
Les pieds sont souvent nus, vaguement attaches a une sandale. Je ne ferais pas de commentaires supplementaires sur l'erotisme de la courbure d'une plante de pied...
J'apprends par hasard que les iraniennes ont enormement recours a la chirurgie esthetique, essentiellement pour le nez, leurs chirurgiens sont assez reputes. Je comprends maintenant tous ces pansements croises dans la rue (visiblement ce n'est pas un tabou). En effet, la seule chose que les hommes voient dans l'espace public, ce sont des visages.
Mais le voile ne fait pas que cacher la femme, j'ai decouvert qu'il peut egalement l'embellir. Quand je vois ces jeunes iraniennes avec le voile, de larges lunettes de soleil hyper-fashion et un gloss rose fluo, c'est assez joli et cela me fait penser a nos stars du cinema des annees cinquantes. Le voile de couleur noire illumine leur visage et c'est selon moi un facteur essentiel. J'ai traine quelques jours a Esfahan avec Jin, une jolie coreenne avec a peu pres le meme teint que les iraniennes. Elle a porte un voile bleu clair puis noir. Et bien je la trouvais beaucoup plus jolie avec le noir (c'est le cote subjectif) et elle se faisait brancher tous les 10 metres par les jeunes esfahanis alors qu'en bleu tous les 50 metres (ca c'est le cote objectif).
En conclusion de cette etude tres scientifique, je dirais qu'il y a de tres belles femmes dans tous les pays du monde, mais en Iran on en croise beaucoup dans la rue et ce, en partie en raison de leur tenue vestimentaire.

Trop farsile 17-08-2008
Le farsi est une assez belle langue a ecouter, qui n'a rien a voir avec l'arabe. En ce qui concerne l'ecriture, il m'est difficile de voir la difference. Mais lorsqu'un iranien parle, je vois presque des fleurs qui lui sortent de la bouche. Les intonations sont impossible a decrire (la fin des phrases, surtout interrogatives, partent dans les nuages) mais je crois que je peux reconnaitre l'accent iranien dans toutes les langues a 2 kilometres a la ronde.
Pour une fois le phrasebook du lonely est assez bien fait car il y a un peu de grammaire.
Je ne voudrais pas vous faire croire que je parle le farsi : meme si l'epicier du coin peut le penser lorsque je fais mes courses, je ne comprends evidemment pas grand-chose a ce qu'il me dit. Tout comme l'arabe, il y a des sons que je suis incapable de faire, comme la jota ou le r "coup de glotte". Il y a plusieurs types de a, dont un qui se situe entre le a et le o francais, tres difficile a cerner. Il bien m'a fallu un mois avant de pouvoir commander une salade sans coup ferir.
Et bien sur je ne puis m'empecher de vous faire profiter des quelques gros mots que j'ai appris. Beaucoup commencent par "kos", "pussy" en anglais ou sexe feminin en francais, chatte pour etre plus precis (desole pour les yeux chastes). Je vais essayer d'en traduire quelques uns ; je ne les ai pas ecrits en pinglish, ils sont a lire a la francaise. Si vous avez plus de precisions sur ces termes absents du dictionnaire n'hesitez pas a nous en faire profiter.
  • Kosmars : litteralement "pussy brain". Se dit d'un idiot, imbecile, quelqu'un qui ne reflechit pas ou agit stupidement, comme un cycliste qui vous frole sur le trottoir ou un automobiliste qui manque de vous ecraser. Je le traduirais par "connard".
  • Koskesh : la cible de cette insulte, beaucoup plus forte que la precedente, vous decochera immediatement son poing dans la figure. A ne pas utiliser en public donc. Un koskesh c'est un connard qui en plus est mechant, mauvais. Je le traduis par "fils de pute".
  • Kosrol : idiot mais le terme a un cote affectueux. Peut se dire de et a ses amis lorsqu'ils font des choses stupides (cela nous arrive a tous). "Cretin" me semble approprie.
  • Tohrmi : mon prefere. Ce n'est pas une insulte mais un concept, qui s'applique a une chose stupide, debile, vulgaire. Il y a la musique tohrmi, un film tohrmi, l'architecture tohrmi, la television tohrmi etc... En un mot comme en cent : beauf (saviez-vous que ce mot, a l'origine bof, vient de beurre-oeuf-fromage ?)

Party time 18-08-2008
J'ai bien accroche avec mon premier contact couchsurfing qui ne pouvait pas m'heberger, puis avec ses amis, puis les amis des amis etc... Je me retrouve a ne pas avoir trop le temps de visiter (reste encore un jour ou deux, nous avons un anniversaire). Ca picole, ca fume un peu tout, ca danse, c'est un peu epuisant mais je ne vais pas me plaindre !
Lors de soirees et malgre la barriere de la langue, je me sentais comme chez des amis en France. Je suis surpris de voir a quel point nos facons de penser sont proches, pour le meilleur comme pour le pire. Certains d'entre eux resteront des amis.
Je vais me risquer a vous parler des iraniens et de l'Iran, meme si je n'ai pas vu/lu Persepolis. Je sais c'est un peu la honte mais ne pas lire est depuis mon adolescence une demarche volontaire, car je pensais que quelquechose que l'on decouvre par soi-meme vaut bien dix choses lues. Mais je commence a m'apercevoir que cette strategie a ses limites.
Tout d'abord ma vision de la societe iranienne est tres parcellaire car j'y ai rencontre beaucoup de citadins, d'artistes, intellectuels, cultives ou riches. En tout cas presque tout le monde adore les USA (l'Europe dans une moindre mesure) et tous les jeunes que j'ai rencontre veulent emigrer aux USA, symbole de la liberte et d'un travail bien paye. Beaucoup ont des oncles ou tantes qui y ont emigre. La societe occidentale est pour les jeunes tres attirante car ils n'en connaissent pas les revers ou sont prets a les assumer en regard du manque de liberte ici.
Un tres bref rappel historique (de memoire) : L'Iran est depuis longtemps gouverne par des shahs (rois) avec des changements de dymastie sanglants. Les Qadjar furent boutes par les Pahlavis en 1925. Il y eut une revolution en 1951 (le premier coup d'etat organise par la CIA en raison d'un projet de nationalisation de l'extraction petroliere) mais les Pahlavis resterent en place et bien sur en 1979. La societe etait tres liberale (le voile etait interdit, mariage a 16 ans mini) mais les gens etaient tres mecontent de l'incompetence et l'incurie du shah. Liberaux et religieux voulaient du changement, pour des raisons et avec des objectifs tres differents. Puis les choses ont derape et cela s'est transforme en revolution. Khomeiny etait un fin stratege, tres intelligent, theologien et poete un peu ole ole, qui a reussi a surfer sur la vague pour instaurer une republique islamique tres dure. Les iraniens ont un sentiment tres mitige sur lui en raison de cette double image qu'il a bien su gerer.
En 1789 en France nous avons remplace la noblesse par la haute-bourgoisie, ici la royaute par les mollahs. C'est vraiment pas de bol. Les gens souffrent de cette situation depuis 1979.
Mais ils ne votent pas ! Je trouvais cela quand meme incroyable, etre resolument oppose au gouvernement (je n'ai rencontre absolument personne qui m'ai dit du bien de Amadinehjad) et au systeme mais ne pas voter. Il ya 2 raisons a cela. D'abord il ne faut pas oublier que l'Iran est un pays chiite, isole au milieu des sunites. Historiquement les chiites ont toujours ete minoritaires dans le monde arabe, spolies de leurs droits etc... ce qui explique qu'ils n'ont aucune confiance dans leurs dirigeants et gouvernements, quels qu'ils soient. Ensuite la marge de manoeuvre du gouvernement est limitee car l'ayatollah a toujours le dernier mot et le droit de veto sur les lois (meme votees a l'assemble) et les candidats a la presidentielle. Khatami, l'avant dernier president etait assez progressiste mais avait pieds et poings lies par les mollahs. Des lors je comprends mieux l'apparente inutilite de voter. Ne pas voter est meme devenu une forme de protestation, que je ne trouve pas tres efficace.
J'ai rencontre tres peu de pratiquants, les iraniens sont les moins religieux du moyent-orient. Ici les prisons sont pleines et les mosquees vides selon une expression locale. Chacun est bien sur officiellement musulman pratiquant, c'est presque necessaire pour trouver du travail. Mais les gens ne croient plus, en tout cas pas dans cette religion-la qui leur rend la vie si difficile. C'est aussi une forme de protestation politique. Je peux vous dire que les mollahs qui se deplacent dans la rue (la plupart le font habilles en civils) n'en menent pas large. Les passants les observent bizarrement, je peux presque lire leurs pensees ("c'est a cause de toi que je ne peux pas me ballader avec ma copine, a cause de toi que je ne peux pas boire une biere en terrasse, a cause de toi que je ne peux pas m'exprimer...").
Voila. Les iraniens sont tristes car ils ne voient pas d'issue a leur situation (et ce n'est pas un tapis de bombes ou un embargo qui va regler le probleme, bien au contraire). En fait le voile est le moindre de leurs maux, non ce qui leur pese le plus c'est de ne pas pouvoir s'exprimer, se rassembler autour d'idees, de ne pas avoir de journaux satyriques, politiques, artistiques.

Teheran 19-08-2008
Sixieme jour :
Me revoila donc a Teheran, que je deteste toujours autant, pour me precipiter la bouche en coeur a l'ambassade ouzbeque. J'y suis de bon matin, et il n'y a que 2 personnes a attendre, je passe en moins de 15 minutes, c'est magique. Evidemment j'aurais du me mefier, le consul est en "meeting" toute la journee, donc pas de visa...

Septieme jour :
Aujourd'hui il y a du monde, je fais connaissance pendant la longue attente avec 2 ecossais, Tim et Nick, arrives tres tot ce matin a l'ambassade et qui suivent le meme parcours que moi avec leur propre voiture (en un peu plus rapide evidemment). Du coup je fais mon iranien et je passe avec eux, ce qui me permet de gagner deux heures d'attente. Hormis le plaisir d'avoir grille ces enfoires des agences de voyages j'ai enfin mon visa ouzbeque 1 mois double-entree pour la modique somme de 85 USD. Alleluia !

Des le lendemain je suis a l'ambassade turkmene ou je dois fournir photocopie du passeport (et visa ouzbek). Je saurais dans une semaine si je peux faire la demande de visa, qui s'obtient normalement en une journee. Il est donc temps pour moi de quitter Teheran.

Yazd 23-08-2008
La ville du desert, avec ses innombrables badgirs et maisons traditionnelles, aux rues calmes et ecrasees par la chaleur. C'est aussi la ville du zurane, un sport iranien tres particulier, que je definirais par de la gymnastique mystique. On y fait des exercices physiques tout en ecoutant des poemes de Hafez en musique.
Comme tout le monde, je suis au Silk road hotel et rencontre pas mal de touristes. Nous trainons en bande et on a degote le meilleur restaurant que j'ai teste en Iran, du coup j'y suis alle presque tous les jours.
Bref, une ville magnifique.

Shiraz 28-08-2008
Bof, je ne vois pas ce que les gens apprecient dans cette ville. Il y a bien les tombeaux de Saadi et Hafez, quelques mosquees, certes originales et jardins, mais en dehors de cela, je trouve la ville pas tres sympathique. J'avoue qu'il y a un palais qadjar interessant.
Les gens disent qu'il faut voir la ville au printemps, l'atmosphere est alors magique. Shiraz est tout de meme un incontournable, ne serait-ce que pour visiter Persepolis, centre religieux achemenide (perse) du Veme BC qui fut detruit par Alexandre le grand.

Une tour de la citadelle de Karim Khan, qui n'a rien a envier a la tour de Pise.
message de Phil le Globecroqueur le 17-09-2008 à 01:23
  Ben tout dépend des rencontres, j'ai passé 5 jours à Shiraz en famille, ça change tout, j'ai bien apprécié la ville, c'était la 1ere que je voyais... certaines mosquées sont quand même bien belles et différentes des autres.

message de xav le 23-09-2008 à 17:57
  Oui tu as raison, quelques rencontres peuvent completement te faire changer d'avis sur une ville ou un pays.


Teheran 01-09-2008
Retour a Teheran pour le visa turkmene. Je n'ai pas le temps de visiter la zigourat de Choqa Zanbil, le seul monument qui m'interesse vraiment dans ce pays, en deux mois de voyage c'est un peu fort en chocolat.
J'arrive donc de bon matin a l'ambassade du Turkmenistan qui est evidemment exceptionnellement fermee le 1er septembre. Ainsi que les 3 et 4. Les 5 et 6 c'est vendredi et samedi donc c'est ferme aussi... J'y retourne donc le lendemain avant l'ouverture, en esperant tres fort que j'aurais le visa dans la journee, vu qu'ils ne bossent pas de la semaine. J'obtiens le papier magique en fin de journee pour 55 dollars.

Oh les filles, oh les filles 03-09-2008
Je vous l'ai deja dit, les filles ne sont pas la fete ici. Mais en Iran il faut se mefier des apparences. Il est evidemment plus facile pour elles de vivre ici qu'en Arabie Saoudite, le pays "ami" de l'occident et sans doute le pire endroit de la planete pour une femme ou elles peuvent se faire violer et lapider a l'envi. Parfois j'en viens meme a penser qu'il vaut mieux etre une femme en Iran plutot qu'en Syrie ou en Ouzbekistan.
Pays autrefois tres liberal, les femmes ont pu conserver du bout des ongles quelques ilots de liberte au fil l'apres-revolution. Notamment un point tres important selon moi : elles peuvent se deplacer seules, conduire une voiture, prendre l'avion ou le bus a travers le pays.
Pas a pas, elles essaient de grignoter un peu plus de liberte. Les tuniques se font de plus en plus cintrees et colorees, les manches se racourcissent, les voiles, de plus en plus laches, tombent sans arret, certaines essaient de fumer dans la rue malgre la reprobation de la plupart des hommes. Maigre consolation je vous l'accorde. A ce jeu du chat et de la souris, elles se font tres souvent arreter par la police (qui de toute facons a des quotas a remplir). Aujourd'hui seules les femmes se font arreter, pour des motifs vestimentaires. Les couples, depuis 5 ans, sont beaucoup moins ennuyer, ce qui etait beaucoup plus dangereux.
Teheran, grande metropole anonyme, est bien sur un ilot de liberte a part. Et si vos parents sont eduques et ouvert d'esprit, vous avez toutes les chances de pouvoir mener une existence presque normale si vous etes capables de supporter la pression sociale ; c'est-a-dire travailler, ne pas etre mariee a 16 ans tout en ayant des relations amoureuses, etc...
Mais la route est longue et pentue, comme dirait Raffarin ; recemment le parlement a vote une loi diminuant le nombre maximum d'heures de travail hebdomadaire des femmes : leur role est quand meme de s'occuper du foyer familial, ne l'oublions pas. Il ne nous reste plus qu'a leur souhaiter bon courage (et les convaincre de voter).

Alien 05-09-2008
Mal de gorge, fievre, nuit passee a transpirer, je dois me rendre a l'evidence : je suis malade.
On a pas mal discute sante avec les francaises a Yazd et Shiraz, je me suis vante 2-3 fois de n'avoir pas pris d'antibiotiques depuis des annees, que la maladie est toujours presente et apparait lorsque le corps et l'esprit se relachent etc... Patatra, le coup de bambou sur la nuque (ou de regle sur les doigts pour les traumatises de l'ecole) fut quasi-immediat. C'est aussi mon corps qui ne veut pas quitter Teheran. Je decide d'aller consulter lorsque je regarde le fond de ma gorge, ou une deuxieme glotte a pousse dans la nuit, et le reste me fait penser a la salle de ponte de la reine-mere dans Alien.
En tout cas, cela m'aura permis de consulter les urgences teheranaises, qui feraient rever plus d'un francais. Il n'y a pas 20 personnes qui attendent un docteur en train de pisser le sang mais je fus accueilli de suite. Le docteur parle un peu anglais et diagnostique une angine microbienne. Un coup de penicilline dans le cul (j'ai compris ma douleur, la prochaine fois je dis que je suis allergique), un antibiotique, un truc a la codeine et c'est marre. Mais pas de sirop pour cette putain de douleur a chaque fois que je degluttis. Je paye 3 euros pour la consultation et la piqure, 2 euros pour les medicaments. Bon aujourd'hui je suis trop faible pour porter mes sacs mais je ne peux pas m'eterniser trop longtemps ici, les dates de mes visas sont reglees comme des horloges suisses (je sais cela ne veut rien dire mais je suis malaaaaadeeeuuuuuuu).

Mashhad 06-09-2008
Ville celebre pour le tombeau de l'imam Reza. Le sanctuaire est un lieu de pelerinage pour les chiites du monde entier, au meme titre que la Mecque.
Avec ma tete d'iranien, je n'ai eu aucun probleme pour entrer, on ne m'a meme pas demande si j'etais musulman. J'y suis alle dans la soiree, il y avait beaucoup de monde en raison du ramadan mais la foule n'etait pas oppressante comme en ville.
J'ai eu beau fureter dans tous les coins et recoins mais je n'ai pas vu le tombeau a proprement parler. Soit c'etait ferme pour la nuit, soit j'etais un peu fatigue. Quoiqu'il en soit c'est tres beau, les marbres vert olive sont magnifiques, je veux les memes pour ma future salle de bain.

Quchan 07-09-2008
Petite ville pres de la frontiere turkmene au nom difficilement prononcable (rouchane), a tel point que j'etais sur d'etre dans le bon bus au bout d'une heure de route.
Voila demain je passe la frontiere pour 5 jours au Turkmenistan. Je n'ai pas eu le temps de poster beaucoup ce mois-ci car je n'ai franchement pas eu le temps, mais c'est signe que le voyage s'est bien passe me direz-vous. Je risque aussi d'etre absent de la toile dans les prochains jours chez l'ogre turkmene mais je me rattraperais en Ouzbekistan.
message de oly le 08-09-2008 à 19:58
  enfin des nouvelles^^ content de savoir que tout va bien, on t'embrasse

message de mamam le 09-09-2008 à 13:15
  bon, en tout cas, meme si tu es malade, tu avances toujours, c'est vrai, je commencais a m'inquieter un peu. Maintenant tu previens que l'on te verras pas souvent , c'est deja ca, Soigne toi bien en attendant et gros bisous.

message de magali le 11-09-2008 à 12:15
  toujours aussi passionnant de te lire. prends soin de toi ! ça donne envie d'aller en iran, même si pour moi ce sera compliqué d'avoir une tête d'iranienne... plein de bisous

message de Eliane le 12-09-2008 à 17:06
  Je trouve que ton passage en Iran manque un peu de photos car c'est un pays que l'on connaît peu. Peut-être pourras-tu en ajouter plus tard lorsque tu auras fait un tri. En tous cas, je suis contente d'apprendre que tu as "repris du poil de la bête" et que tu continues vaillamment ton périple. En Provence, c'est toujours l'été mais nous attendons la pluie qui n'arrive pas. Comme les vacanciers sont partis, nous allons enfin pouvoir profiter de la mer.

message de xav le 14-09-2008 à 18:22
  Il me faut du temps pour ecrire (pour l'instant j'essaie d'organiser l'Uzbekistan un mois c'est court), un cyber cafe decent pour uploader les photos (ce qui n'est pas le cas ici). Patience !


Chizburger 08-09-2008
La cuisine n'est surement pas la premiere raison qui peut motiver une visite touristique en Iran. C'est pour moi un mystere : autant la cuisine familiale est excellente et variee, autant celle qui est accessible au touriste se limite a quelques plats dont on se lasse tres vite.
Il existe de tres bons restaurants en Iran. Hormis qu'ils sont chers, il y a rarement une enseigne ou une carte en anglais.

Le Ash, une soupe de spaghettis aux multiples variantes.
Bien sur ce Gault et Millau du backpacker ne concerne que les restaurants bon marche (tous ces plats sont a moins de 4 euros, le prix d'une nuit en dortoir).
  • Hamburger : ne vous fiez pas aux photos dignes d'un MacDonald, le hamburger iranien se compose d'un steak a 50% de viande, quelques feuilles de salade et cornichons dans un mauvais pain. C'est quand meme mangeable. Une variante interessante est le "sosis sandwich", car il existe des dizaines de varietes de saucisse sans porc en Iran. Les sandwiches sont parfois tres bon. A accompagner d'une salade. Laisser tomber les frites, elles sont au minimum rechauffees de la vieille, meme dans les "vrais" restaurants.
  • Pizza : on devrait appeler autrement cet objet rond recouvert de garniture. Il n'y a pas de sauce tomate, les gens mettent du ketchup sur leurs parts. Les serveurs sont surpris de me voir la manger nature mais ils ne comprennent pas vraiment que l'on puisse aimer la sauce tomate et pas le ketchup (NON, ce n'est pas pareil). Personnellement je les trouve assez bonnes, j'en ai mange beaucoup, mais ceci n'est pas une pizza.
  • Falafel : il n'est pas impossible d'en trouver. Une gargote au debut de la rue Amir Kabir fait les meilleurs falafel sandwiches de Teheran.
  • Ash : soupe de noddles assez bonne et difficile a trouver (quasiment impossible en fait).
  • Chelo kebab : voila un plat un peu plus prepare mais dont on finit quand meme par se lasser. Brochettes de viande (melange ou pure, poulet, mouton etc...) accompagnees de riz. Le riz iranien est vraiment tres bon et tres aerien en raison d'une technique de cuisson particuliere. C'est le plat de base de tout iranien, le riz expliquant la bedaine naissante de la plupart des hommes de plus de 40 ans.
  • Dizzi : plat tres original et peu cher. Quelques legumes (tomate, patate, pois chiches), un morceau de mouton et de gras dans un pot, servi avec un pillon. On commence par saucer le bouillon avec du pain, ce qui est presque un repas en soi, puis on ecrase le reste des ingredients que l'on mange ensuite avec du pain. C'est assez bon et assez gras.
  • Khoresht : parvenir a trouver un restaurant de khoresht est la meilleure chose qui puisse vous arriver, et ce n'est pas facile, croyez-moi. Ensuite il faut y aller a l'instinct car ce n'est pas le genre de restaurant ou l'on parle anglais. Il s'agit d'un ragout de viande aux epices et parfois quelques legumes accompagnes de riz, bien sur. C'est en general tres fin.
Voila, en general le touriste se nourrit essentiellement de hamburgers, pizzas et kebabs. Heureusement le petit dejeuner (the, pain, fromage, beurre, miel, parfois oeufs et tomates) permet de varier un peu le menu.

Ashkabat 09-09-2008
Je negocie un taxi pas trop cher (10 USD) qui m'emmene sur les 75 km qui separent Quchan de la frontiere. C'est un magnifique no man's land montagneux parseme de troupeaux de moutons accompagnes de leur berger. Au poste de controle turkmene je vais d'un bureau a un autre et passe mon temps a attendre que l'on veuille bien me recevoir, juste pour le plaisir de me faire attendre. Mais je garde le sourire. Un couple de suisses arrive 1h30 apres moi mais ils sont plus chanceux et nous quittons le poste en meme temps. Depuis que j'ai passe le col de la frontiere, les yeux brides des gens me signalent que je viens d'entrer en Asie.
Ashgabat, capitale du Turkmenistan. En arrivant j'ai l'impression d'entrer dans une maquette de premiere annee d'ecole d'architecture sur le theme "le classicisme sovietique", option marbre. Absolument tous les buildings (meme les tours d'habitation) sont recouverts d'un marbre blanc-gris turc. Je m'attends a chaque instant a ce qu'un toit s'ouvre et en voir sortir Bomber X. Le centre-ville se compose de batiments grandiloquents espaces des larges avenues et de nombreux parcs. Les rues sont vides. Peu de voitures, peu de pietons. C'est agreable, une ville vide. Je rencontre mon couple suisse, Marcus et Anna, au sommet de l'arche de la fraternite ou je-ne-sais-quoi, enfin un batiment parmi tant d'autres a la gloire du feu dictateur Niazov, dont la statue en or fait toujours face au soleil.
La deuxieme chose qui me marque en venant d'Iran ce sont les femmes. Les turkmenes sont en robe traditionnelle aux couleurs flamboyantes et les russes en talon-aiguille et mini-jupe afin que l'on profite de leurs jambes interminables. Je me demande ce que les slaves ont dans leur genes pour avoir des femmes aussi belles. La cohabitation entre turkmenes et russes (5% de la population) a l'air de se faire sans heurts. Dans les coins russes on peut manger et boire sans probleme malgre le ramadan. Comme partout en ville d'ailleurs tant que la police n'est pas la.
J'ai l'air malin a vouloir boycotter les dollars, ici je ne trouve aucune banque qui accepte mes euros, et au marche noir on me change l'euro au taux du dollar. Heureusement il m'en reste un peu que j'avais prevu pour payer les visas, mais ca va etre tendu du slip cette semaine.

Mary 10-09-2008
Pas facile de se deplacer dans ce pays. Il n'y a plus de bus, on circule en taxi collectif ou minibus. Il suffit d'aller au parking et attendre que le vehicule se remplisse, a moins que vous ne preferiez payer pour les places vides. Je me retrouve sur le parking vers midi, la pire heure pour voyager. Le minibus est plein apres 2 heures d'attente puis nous partons pour 4 heures de route.
Mary est une ville peu dense (grands batiments, larges avenues vides), a tel point que j'ai du mal a appeler cela une ville, tant pour moi urbain est synonyme de densite, justement. Mais encore une fois, c'est sympa de se ballader dans une ville vide, j'ai l'impression d'etre dans un episode de "The Twilight Zone".
Je crois que j'ai atteri dans le pire hotel de mon voyage. Un grand hotel sovietique entretenu avec les moyens du bord depuis 30 ans. On se croirait dans une bande-dessinee de Bilal, ca degouline de partout. Maintenant je comprends mieux d'ou il tient l'inspiration de ces atmospheres si particulieres. J'essaie de negocier la deuxieme nuit de 15 a 10 dollars car j'ai vu une souris dans ma chambre et il n'y a pas d'eau chaude. Mais negocier avec un turkmene c'est assez drole. Il ne sont pas tres patients cela ne prend jamais plus de 5 minutes. Au bout de ces cinq minute soit ils vous disent un truc que j'imagine etre "la conversation est terminee", soit ils vous posent une question dont la reponse est positive, votre oui marque la fin de la discussion.
Je degote un guide, Mohamed, pour visiter Margiane et surtout Margous (Gonur depe). Ce sera la seule personne parlant anglais que je vais rencontrer cette semaine. Je me prepare a la negociation qui a lieu dans le lobby de l'hotel. Ah, une bonne nego, cela me manque de temps en temps. Je pensais le bouffer tout cru et c'est lui qui m'a emballe. La visite de Margous l'ennuie, c'est loin dans le desert, il faut louer un taxi 4*4 etc... En meme temps la visite de Margianne je peux la faire tout seul, je sais prendre un bus. Quitte a faire un caprice d'enfant gate je veux voir Margous. On arrive a 100 euros tout compris, depart 6h du matin retour 17h. C'est quand meme tres cher. Mais je suis en manque de dollars, des euros j'en ai plein. Une petite voix me dit "vas-y, tu ne remettras jamais les pieds dans ce foutu pays". Accord conclu pour ce fameux site de l'age du bronze.

Margus 11-09-2008
Je prends la route a 6 heures avec mon guide et le chauffeur dans une petite fourgonnette 4*4. Effectivement je comprends mieux la reticence de Mohamed : les 45 minutes de piste sont penibles et une voiture normale n'a aucune chance de passer. L'aube se leve dans le desert et nous croisons pas mal de faucons. Nous arrivons au palais royal de Gonu Depe. C'est magnifique, cela ressemble beaucoup au palais du 3eme millenaire de Mari, en Syrie.

Le russe, c'est carre, solide, sans fioritures. Oui oui, avec une petite manipulation sur l'essieu avant, cette petite fourgonnette est un veritable 4*4.
L'archeologue russe qui a decouvert le site (et y fouille toujours en mars-avril et octobre) aimerait faire valider cette civilisation comme l'egale des civilisations babylonienne, indienne ou chinoise par la communaute des archeologues. Il est vrai que le site est impressionnant et tres etendu dans une vallee fertile a l'epoque. Il y a des tombes de chevaux et de chevres, sans doutes sacres, cas unique a ma connaissance. C'est probablement le lieu de naissance du Zoroastrisme (il y a beaucoup de fours pour cuire les aliments separement du feu qui est un element pur), mais il manque quelquechose d'essentiel au palais : des archives royales. Et oui, aucune trace d'ecriture, meme jusqu'a 1500 BC, ce qui est assez etrange. Comment ont-ils pu se passer de l'ecriture, malgre la centralisation necessaire a la vie du palais ? Sans doute n'en avaient-ils pas besoin, c'est-a-dire que la vallee devait etre tres fertile et la nature prodigue. Les differentes ceramiques, mosaiques et objets en bronze ne sont pas non plus d'une extreme finesse a mon gout. C'est une graine de civilisation qui n'a pas germe, allez savoir pourquoi.
Nous quittons ensuite le desert alors qu'il commence a y faire vraiment tres chaud et allons a Margiane (Merv), grande citee seulecide puis continuellement habitee par les sassanides etc... Mais finalement il n'y a pas grand chose a voir excepte les immenses murailles donnant une idee de la taille impressionnante de la ville et quelques lieux de pelerinage musulmans.
Finalement nous rentrons dans l'apres-midi, extenues et abattus par la chaleur.
Le soir je retrouve le bonheur de manger de vraies frites (je mange de la patate depuis 3 jours apres la cure de riz en Iran) et boire de la biere avec quelques chachliks (brochettes).

Turkmenabat (Charjou) 12-09-2008
Cette fois-ci je ne prends pas un minibus mais un taxi collectif, plus rapide a se remplir. Evidemment j'arrive encore vers midi apres la visite du musee, assez interessant, ou j'ai retrouve Mohamed qui m'a fait la visite et offert une copie de statuette d'une deesse-mere de l'age du bronze.
Arrive sur le parking des taxis, j'ai failli me faire ecarteler tellement les chauffeurs me tiraient vers eux. Heureusement, XT est solide comme un roc, elastique comme le roseau et cela m'a fait bien rire. Le premier client dans une voiture est tres important car il augmente les chances d'en avoir d'autres. En plus un touriste est capable de payer les 4 places pour ne pas attendre ou parcequ'il se fait embobiner. Finalement je prends une voiture ou il y a deja un client. Au bout d'une heure il me propose de payer 2 places chacun mais c'est niet pour moi et les deux derniers clients arrivent 10 min plus tard. Nous longeons le bord du desert du Karakoum, l'air est brulant, meme a 120 km/h.
Je ne sais pas pourquoi les gens persistent a dire qu'il y a 2 heures de route alors que le voyage nous a pris 3 heures a fond les ballons. Bon, il est vrai qu'on a un peu perdu de temps avec un petit jeune qui devait eviter les barrages routiers. On le lachait un peu avant, il courait dans le desert et on le reprenait apres le barrage. Trop facile. Les flics ne sont sans doute pas assez paye pour faire du zele.
Bref, nous arrivons a Charjou, qui ressemble a une immense banlieue desaffectee. C'est vraiment de pire en pire les villes ici. Selon le chauffeur mon hotel est fermee pour cause de construction a la gloire de Niazov dans le centre-ville. Il me depose dans un petit hotel ou la patronne, tres sympathique, parle turc. Ah ca fait du bien de negocier tranquillement. Du coup j'ai un petit appartement correct pour 15 dollars.
Les gens aimaient Niazov, feu leur dictateur. De l'exterieur nous ne voyions que ses frasques mais celui-ci a bien negocie la sortie de l'URSS : le Turkmenistan est un pays neutre et a de bonnes relations avec la Russie (normal ils leur vendent tout leur gaz). L'eau, l'electricite et le gaz sont gratuits pour tout le monde, ainsi que 120 litres d'essence par voiture et par mois. Les hopitaux sont gratuits pour les moins de 15 ans et les retraites (62 ans pour les hommes et 57 pour les femmes). Ce n'est pas non pus le paradis, sinon il ne serait pas quasiment impossible aux turkmenes de quitter leur pays. Le successeur de Niazov, elu, est l'ancien ministre de la sante, un dentiste. Du coup l'annee prochaine les hopitaux seront gratuits pour tous. C'est peut-etre dans ce pays de 5 millions d'habitants que s'accomplira l'ideal communiste...

Une station essence, paumee quelquepart sur une route desertique.
Le soir je vais au meilleur restaurant de la ville mais la carte est en cyrillique et la serveuse ne parle pas un mot d'anglais, turc ou farsi. J'en suis reduis a un steak-frites-salade, quelle pitiee.

Boukhara 13-09-2008
Le passage de la frontiere se fait sans trop de soucis. Le taxi qui m'emmene au poste avec de la pop russe a fond les ballons est tres sympathique, il accepte meme mon billet de 10 dollars perime (ah oui complication supplementaire personne n'accepte les dollars imprimes avant l'an 2000). C'est toujours quelquechose, un passage de frontiere terrestre. Je trouve cela a la fois inquietant et fascinant. Le tout est de reperer quelqu'un devant soi et faire la meme chose que lui. Et montrer son passeport a tout ce qui bouge, avec un large sourire du style "Je suis un touriste, la vie est belle". Au sortir du poste turkmene, les gens attendent. Je fais comme eux, evidemment, j'imagine qu'un bus va passer. Au bout d'une cigarette (pas de ramadan dans le no man's land) je decide de marcher et personne ne m'en empeche. Une petite marche de 1 km dans le desert puis arrivee au poste ouzbeke. Encore une petite marche pour arriver aux taxis qui attendent le chaland. J'ai sympathise avec 3 ouzbekes qui vont a Bukhara, ce qui est parfait car nous remplissons une voiture. La un taxi special touriste, autrement dit un fils de pute, me dit de venir avec lui pour la modique somme de 50 dollars (au lieu de 5 euros en taxi partage). Je m'enfourne avec les autres mais mon copain qui a repere peut-etre la seule affaire de sa journee en avise un gallone du poste qui dit qu'on ne melange pas le local et le touriste, celui-ci doit prendre un taxi a part.
On appelle ces gens-la des koskesh en Iran (voir la traduction plus haut). Incertitude parmi certains de mes compagnons de route, car il ne faut pas trop blaguer avec la police quand meme, mais je refuse de sortir mon sac du coffre. Finalement apres maintes palabres mon taxi verse une commission au koskesh qui a l'insigne honneur d'avoir un ami flic au poste frontiere et moi je devrais payer mon voyage 20 dollars.
Apres cette mise en jambe nous arrivons a Bukhara, un vrai delice touristique compare au Turkmenistan et ses hotels les plus miteux de la planete. J'ai une chambre qui conviendrait a un couple de quadra francais pour 15 dollars, il y a de nombreux restaurants a touristes, tout le monde boit, fume et mange, c'est comme si le ramadan n'existait pas. C'est tres reposant.

Nasruddin Hoja, sur la place Lyabi Haouz a Bukhara, personnage de contes soufis.
message de Marie-Noël le 23-09-2008 à 00:38
  Apparement tu as plus le profil iranien qu'ouzbeke. Est ce difficile de se nourrir pendant la journée quand tout le ays fait le ramadan ?

message de xav le 23-09-2008 à 17:26
  Oui l'Iran me manque, au moins la-bas les gens etaient sympas. L'Ouzbekistan est officiellement musulman mais il y a 5% de pratiquants, le ramadan est totalement absent du pays, ce qui n'est pas fait pour me deplaire.


Tulga 15-09-2008
Boukhara est une tres belle ville medievale pleine de medresas, mosques et palais du XIXeme. Mais la vie a peu a peu quitte le centre-ville pour laisser la place au touristes, ce qui commence a me peser des le deuxieme jour. Heureusement il suffit de marcher 500 metres pour que les prix se divisent par 2 ou 3.
Maintenant direction le parking en face de la gare routiere pour essayer d'aller a Ourgentch (a cote de Khiva). On ne peut pas dire qu'il soit tres facile de se deplacer en Asie Centrale. Les bus ont quasiment disparu, il faut donc se rendre au bon endroit pour partager un taxi a 4, en esperant ne pas attendre 3 heures que celui-ci se remplisse. Et bien sur il faut marchander severe. J'ai de la chance aujourd'hui j'attends a peine une demi-heure et je rencontre Tulga, un touriste turc, stanbuliote qui parle tres bien francais. Nous passerons ensemble 2 jours a Khiva, a discuter du FMI et de la fondation Bilderberg.
Il parle tres bien francais car il travaille dans le tourisme et a guide beaucoup de groupes. Ses histoires de guide m'ont beaucoup fait rire. Les 2 principales categories sont les bidochons et les enseignants. Ces derniers posent toujours les 3 memes questions : L'ecole est-elle obligatoire ? Avez-vous la securite sociale ? Le service militaire est-il obligatoire ? C'est une profession que je respecte enormement, que j'envisage parfois de pratiquer moi-meme, mais je ne sais pas pourquoi a l'etranger la majorite d'entre eux m'agacent.
message de Zuv le 23-09-2008 à 16:54
  lol bilderberg ! ca commence à craindre mon gars, la crise financière est masquée et j'ai peur que ceux qui rachètent ces banques a tour de bras ne soient en effet ceux qui sont à ces réunions. Tu risques d'avoir des déconvenues avec tes dollars voire avec la money tout court, magne toi !


Khiva 16-09-2008
Ma-gni-fi-que. Bon d'accord c'est blinde de touristes (beaucoup de francais) mais cela n'a pas d'importance, chaque coin de rue est une merveille architecturale. A la difference de Bukhara, qui peut aller se rhabiller, tout est concentre a l'interieur des vieux murs (la aussi il faut savoir en sortir pour dejeuner) et que dire... J'ai du prendre 150 photos en 2 jours.
Je prefere ne pas me lancer dans une longue description, il vous faudra attendre les photos (c'est pas gagne ici c'est windows NT en russe et il est difficile de trouver ou l'on peut a la fois importer, travailler, sauvegarder et uploader des photos).
message de Eliane le 22-09-2008 à 15:48
  Alors là, il y a de quoi rester sur sa faim ! Vivement que je puisse voir à quoi ressemble cette merveille...

message de xav le 23-09-2008 à 17:28
  Je ne suis pas sur de pouvoir mettre des photos en ligne avant un certain temps, on ne peut rien enregistrer sur les ordinateurs de cyber et pour l'instant je n'ai jamais reussi a uploader. Mais ca viendra ^^


Noukous 19-09-2008
Le taxi qui m'emmene de Khiva a Ourgentch m'explique comment aller aux taxi de Nukus, via le mashruta 19. Les mashrutas sont des microbus Damas qui errent dans les villes a la recherche de passagers. Il y a des numeros de parcours, ce qui rend le transport aise si toutefois vous savez quel ligne vous devez prendre. Je connaissais les bus, les midibus, minibus, mais voila une nouvelle categorie de la longueur d'une voiture ou l'on peut mettre 7 personnes en tassant bien. Arrive aux 3 voitures qui attendent a cote d'un petit bazar, c'est magique, je pars de suite et je paye le prix local sans negocier. Je m'enfonce un peu plus dans le desert du Kyzyl Koum (sable rouge).
A l'hotel Nukus, on me propose une chambre avec salle de bain pour 10 dollars avec petit dejeuner, sans negocier. Je trouve cela formidable, bien qu'apres le Turkmenistan je me mefie des salles de bains des vieux hotels sovietiques. Non c'est correct, le truc est que je partage la chambre avec 2 ouzbekes. Le premier me casse les bonbons pendant 3 heures pour m'acheter des euros a un taux que meme les changeurs au noir du bazar n'auraient pas l'indecence de me proposer. Il voulait me changer 50 euros au taux du dollar, je finis par lui dire que je ferais aussi bien de lui donner directement 10 euros, ce serait plus rapide, ce qui a plus ou moins mis fin a cette conversation. Le deuxieme etait vraiment tres gentil mais j'ai fume quelques cigarettes pour couvrir l'odeur de ses pieds. Enfin ils etaient sympas quand meme, on a bien discute malgre la barriere de la langue.
Depuis Bukhara il fait de plus en plus froid, le tee-shirt le soir c'est fini. Je vais devoir songer a changer de garde-robe.

Musee Savitsky 20-09-2008
Nukus est une ville surprenante. C'est un bled paume au milieu du desert avec une inenarrable architecture communiste, capitale de la Karakalpakie. La republique du Karakalpakstan, attachee a l'Ouzbekistan, a sa propre langue, hymne national, parlement etc... un peu comme un territoire d'outre-mer. J'ai un peu de mal a comprendre l'ouzbeque, qui heureusement a beaucoup de points communs avec le turc (remplacer les e par des a et les a par des o), mais ici, inutile de vous dire que je ne conprends pas un mot de ce que disent les vendeurs de fruits, meme les nombres.
Les karakalpaks (bonnet noir) etaient un peuple de nomades et de pecheurs. C'est fini pour la peche, la mer d'Aral sud est bel et bien morte. Toute la region se desertifie, les precipitations ont ete divise par 10 du fait du recul de la mer, tempetes de sable et de sel, anemies et cancers du poumon en pagaille, bref, je vous epargne les details sordides de la catastrophe ecologique planifiee par l'union sovietique afin de faire pousser du coton dans le desert. Que voulez-vous, on est loin de Moscou ici.

Un tableau de Mazel, mon peintre prefere du musee.
Mais ce qui me surprend, c'est que j'ai rencontre beaucoup de jeunes qui parlent a moitie anglais, la connection internet est la plus rapide que j'ai rencontre depuis quelques mois, il y a un excellent restaurant georgien et surtout le musee Savitsky, une etonnante collection d'oeuvres d'art russes du debut du XXeme siecle. Tous ces tableaux me sont completement inconnus, mais mon oeil neophite sait reconnaitre de veritables chef-d'oeuvres. La collection regroupe plus de 80 000 pieces (en comptant les anciennes boucles d'oreilles karakalpakes et autres breloques) et j'avais prevu une journee de visite, helas seules quelques centaines d'oeuvres sont exposees. Mais mazette, que d'emotions !
Ne vous inquietez pas, j'ai pris beaucoup de photos... que je ne vous montrerais pas, car j'ai du signer un papier en ouzbeke qui dit probablement que si je ne respecte pas les droits d'auteur un berger karakalpak avec un bonnet en laine noire viendra a dos de chameau me donner 100 coups de batons.
message de Marie-Noël le 23-09-2008 à 00:28
  Je vois que tu maintrises la langue ouzbèque. Savoir que c'est 100 coups de baton et non pas 102 ... Impressionnant ! Pour 100, tu pourrais tout de même nous montrer qq photos ... Deux de plus je comprends cela pourrait être fatal ! J'espère que tu as perdu ton angine en chemin. A quand la Chine ? Cela s'approche !

message de xav le 23-09-2008 à 17:23
  Non, c'est du flan, je ne comprends rien a ce qu'ils disent, excepte les nombres. En plus ils utilisent l'alphabet cyrillique, illisible pour moi. Ils parlent tous russe egalement mais cela ne m'avance pas beaucoup. La chine approche, ca depend du visa j'en saurais plus cette semaine.

message de Marie-Noël le 24-09-2008 à 00:43
  Ca va pas trop pressé d'arriver à ton but. Quoique que j'imagine tu vas mettre quelques mois pour visiter.

message de Eliane le 25-09-2008 à 13:28
  Le tableau est très beau, autant par l'harmonie des couleurs que par l'impression de mouvement qu'il donne. En le regardant, on dirait que le petit âne va faire un pas et que le chien (du moins c'est ce quil me semble que c'est) va bondir hors du tableau ! Et le style des personnages fait penser à des illustrations pour livre d'enfant.

message de marie-Noël le 28-09-2008 à 22:58
  Merci pour la photo... Cela valait le coup d'insister. Je suis d'accord avec vous c'est superbe. Quelle finesse ! Je ne sais pas ce qu'en pensent le chameau et le petit âne, mais moi je suis étonnée que les coiffes résistent à cette tempête de sable.

message de xav le 29-09-2008 à 08:42
  Puisqu'il y a des fans j'ai pu uploader quelques photos ICI. Il faut fouiner un peu dans TEST et THUMBS.

message de Marie-Noël le 25-10-2008 à 22:30
  Grand merci à toi pour les photos. Quelques unes sont de petits bijous. En fouillant on peut également admirer la tête ébouriffée du voyageur sans frontière. Sympatique !

message de Tsi-san le 01-02-2009 à 03:10
  Oui en effet, c'est magnifique, merci pour les photos. Moi aussi j'ai vu la tête ébourrifée du Gzav! Hiiiiiiiii il a emmené sa chemeise tahitienne dans son périple!!!! Souvenir, souvenir... Bon, c'est quand que tu claques tes miles restants pour revenir avec Esmé?! Sophy attend toujours!